/lifestyle/family
Navigation

Jean-François Baril et son chien Cooper

Jean-François Baril
Photo Pierre-Paul Poulin

Coup d'oeil sur cet article

Jean-François Baril nous présente son chien Cooper, un magnifique épagneul breton âgé de 7 ans. C’est une drôle de petite bibitte, plutôt solitaire, avec de petites manies de vieux chien.

1. Quelle est la raison qui vous a poussé à avoir ce chienchez vous ?

Avant Cooper, nous avions un labrador qui a vécu à nos côtés 13 ans. Lors de son décès, nous avons eu beaucoup de peine, mais nous avions décidé de ne plus avoir de chien. Par contre, lors de nos sorties, chaque fois que l’on voyait un chien avec une famille, on s’ennuyait. On en a parlé aux enfants, et c’est devenu un projet puis une réalité.

2. Êtes-vous plus « chat » ou « chien » ?

Chien ! On a toujours eu des chiens à la maison quand j’étais jeune. J’aime la relation avec le chien. J’aime jouer avec un chien.

3. Comment décrire en quelques phrases la personnalité de votre animal ?

On dirait presque qu’il est un « petit vieux » dans l’âme. Il a ses petites manies, ses petites habitudes, qu’il ne faut pas modifier. Il était déjà comme ça quand on est allé le choisir chez l’éleveur. C’était le plus gros des chiots et il était différent du reste de la portée. Il ne restait pas avec nous pour jouer... Il retournait dans son petit coin. Il est encore comme ça aujourd’hui. Il préfère dormir dans le garage, lieu où on avait pris l’habitude de l’installer lors de nos départs. Il est bien là. C’est son petit coin ! Il aime être tranquille. Il adore se faire flatter. Il aime les câlins. C’est un chien magnifique. Il est vraiment beau.

4. Racontez-nous un fait cocasse, inusité ou particulier concernant votre animal.

L’histoire fait fureur : je lui ai sauvé la vie. Ma blonde était partie faire du ski de fond avec Cooper dans un champ, mais Cooper décide d’explorer un boisé privé, à côté. Là, il s’est pris la gueule dans un piège à renard.

Il hurlait, et ma blonde n’était pas capable d’ouvrir le piège. Elle est venue me chercher en panique, pas de skis et pas de chien... Je ramasse des outils et on monte au bois en callant dans la neige. Arrivés là, après au moins 30 minutes, on voit Cooper qui ne bouge plus.

En m’entendant, il se remet à hurler, en détresse. C’était tellement difficile à ouvrir et il hurlait à chaque mouvement, et ma blonde était hystérique. J’ai fini par réussir. Il en est sorti indemne. Le soir, en racontant ça aux enfants, je suis devenu le héros de la maison !

5. Racontez-nous un de ses mauvais coups.

Il en a fait tellement ! Il a mâchouillé une de mes belles nouvelles bottes d’hiver. Il l’avait transportée dans sa cage.

6. Quelle est son activité préférée ?

Allez pister dans le champ. Il aime sentir toutes les odeurs sur son sentier et laisser sa trace. La quantité d’urine qu’il peut garder dans son corps... Un pipi à droite ; un pipi à gauche. Donc, il piste et il pisse !

7. Qu’auriez-vous aimé savoir avant d’obtenir cet animal ?

Son côté solitaire. Il y a peu d’interaction avec ce chien-là. Il fait sa petite affaire.

8. Qui s’occupe de votre animal lorsque vous partez en vacances ?

Ce sont mes parents qui le gardent, et je crois que Cooper commence à être plus heureux chez eux ! Ma mère s’en occupe bien. À la demande de Cooper, elle replace sa petite couverte sur son coussin avant le coucher et place le coussin près de sa chambre. Mon père le fait monter sur ses genoux quand il est devant la télé. Cooper adore se faire flatter.

À propos de Jean-François Baril :

  • Créateur d’un jeu de société, Connexion, propice aux soirées entre amis.
  • Auteur du livre, Influences, publié il y a moins d’un an, et dont le tome 2 sortira ce mois-ci.
  • Chroniqueur famille à Salut Bonjour !