/travel/autres-destinations
Navigation

Inde: safari tout confort au pays des tigres

Coup d'oeil sur cet article

 PARC NATIONAL DE SAPTURA, Inde | En plein cœur de l’Inde, il y a l’État du Madhya Pradesh et sa verdoyante capitale : Bhopal. Ce cœur bat au rythme de l’aventure, de la nature et d’une faune emblématique que les touristes découvrent dans d’extraordinaires conditions de confort et d’exotisme ainsi que dans le plus grand respect de l’environnement et du développement durable.  

  

Le petit-déjeuner est servi à la fin de la sortie à vélo dans le parc national Saptura.
Photo Agence QMI, Yves Ouellet
Le petit-déjeuner est servi à la fin de la sortie à vélo dans le parc national Saptura.

 L’immense majorité des voyageurs en Inde s’en tiennent au classique Triangle d’Or, de Delhi à Jaipur, en passant par Agra et le Taj Mahal. Outre les amateurs de haute montagne qui fréquentent la région de l’Himalaya, personne encore n’y voit un pays de plein air et de grands espaces sauvages. Pourtant, le mot « jungle » vient de la langue hindie, et la jungle indienne fait rêver tous les enfants depuis plus d’un siècle avec Le livre de la jungle de Rudyard Kipling et les films de Disney.   

  

Traces fraîches de tigre le long de la rivière Pachmarhi.
Photo Agence QMI, Yves Ouellet
Traces fraîches de tigre le long de la rivière Pachmarhi.

 Les tigres du Bengale, les léopards et les bisons indiens, les panthères, les singes macaques et langurs, les variétés d’antilopes et de cerfs, les sangliers et 250 espèces d’oiseaux, on a de bonnes chances de les admirer dans le parc national de Satpura, au centre-sud du Madhya Pradesh. Et tous les moyens sont bons pour ce faire.  

Les singes macaques sont présents dans l’État du Madhya Pradesh.
Photo Agence QMI, Yves Ouellet
Les singes macaques sont présents dans l’État du Madhya Pradesh.

  

 Glamping de luxe  

  

 Le pourvoyeur d’aventure Ibex Expeditions (choisi meilleure compagnie de tourisme d’aventures au monde par National Geographic) et l’entreprise hôtelière familiale Reni Pani se sont unis pour redéfinir cette forme de camping tout confort appelée « glamping ».   

  

 Parlons d’abord hébergement. Avant de plonger en pleine jungle, histoire de se remettre du voyagement et du décalage, l’expérience débute à Bhopal, au superbe Jehan Numa Palace Hotel. Un opulent palais colonial 5 étoiles avec sa paisible cour intérieure à l’ombre d’un gigantesque bougainvillier.   

  

Baignade irrésistible dans la rivière Pachmarhi.
Photo Agence QMI, Yves Ouellet
Baignade irrésistible dans la rivière Pachmarhi.

 Après quelques heures d’émotions fortes sur la route, on se retrouve dans la vallée de la rivière Pachmarhi, pour trois jours de rando. L’équipe de Reni Pani a monté un campement mobile incomparable. Une dizaine de tentes prospecteurs sont aménagées sur la plage, avec un mobilier pratique et confortable. Derrière chaque unité, on a planté un paravent, puis élevé une douche et une toilette privées avec un lavabo au centre. Une bonne douche après la marche ? En quelques minutes, le réservoir est empli d’eau chaude et vous vous douchez comme à la maison. Une escouade impressionnante s’affaire à élaborer des repas fastueux qu’on savoure au coucher de soleil sur la longue tablée somptueusement montée. Les amuse-gueule sont servis en apéro autour du « feu de camp », des chandelles dans des sacs de papier. Le barman trône devant son étalage de bouteilles, prêt à mixer le cocktail du jour. Le plus incroyable, c’est que toutes ces installations seront démontées en quelques heures et remontées à la prochaine étape de randonnée, avant l’arrivée des marcheurs.  

Dormir sous la tente dans le parc national Satpura, en Inde : une expérience unique.
Photo Agence QMI, Yves Ouellet
Dormir sous la tente dans le parc national Satpura, en Inde : une expérience unique.

  

  

 Lodge dans la jungle  

 Dans la seconde partie du périple, les aventuriers déménagent au Reni Pani Jungle Lodge où, autour du chaleureux bâtiment qui regroupe salle à manger et salons, on peut choisir la tente de luxe climatisée, une structure de toile sur un cadre permanent ou la villa douillette dotée d’une grande salle d’eau et d’une douche extérieure.   

  

Le Reni Pani Lodge.
Photo Agence QMI, Yves Ouellet
Le Reni Pani Lodge.

 Comme les léopards ont l’habitude de venir s’abreuver à l’étang voisin la nuit, il est essentiel de demander une escorte pour sortir en soirée.   

  

 À partir du lodge, les transferts en jeep nous font découvrir une région agricole des plus pittoresques en nous conduisant dans divers secteurs du parc national Satpura pour y vivre maintes formes de safaris.  

Service 5 étoiles au campement 
mobile du Reni Pani Lodge.
Photo Agence QMI, Yves Ouellet
Service 5 étoiles au campement mobile du Reni Pani Lodge.

  

 Observer les animaux  

  

 La première moitié de l’aventure est donc consacrée à la randonnée pédestre avec des sorties d’une quinzaine de kilomètres au fil de la rivière Pachmarhi. Le terrain plat, rocailleux ou sablonneux, n’offre pas de difficulté particulière. Deux gardiens du parc accompagnent le groupe et présentent la nature luxuriante, les insectes et volatiles. On ne s’attend pas à voir un tigre surgir, mais les empreintes fraîches sont bien visibles, tout comme les marques des léopards. L’heure est à la baignade dans les bassins frais.   

  

 Pour observer les animaux, il faut traverser le réservoir Tawa jusqu’à la réserve de tigres pour un safari en jeep.   

  

 Outre les singes, antilopes, cerfs, bisons et alligators, nous avons surpris un énorme léopard à quelques mètres du véhicule.   

  

 L’expérience à vélo (VTT) dans la réserve au lever du jour laisse des images impérissables avec un petit déjeuner mémorable pris sur le capot de la jeep.   

  

Sortie d’observation en canot sur le réservoir dans le parc national de Satpura.
Photo Agence QMI, Yves Ouellet
Sortie d’observation en canot sur le réservoir dans le parc national de Satpura.

 Les adeptes d’ornithologie préféreront la sortie en canot aux abords du réservoir où les oiseaux pullulent.   

  

 D’autres choisiront aussi la session de yoga en fin de journée.   

  

  

 Une catastrophe atroce à Bhopal   

  

 Chaque année, au début de décembre, des centaines d’habitants de Bhopal marchent dans les rues de la ville pour rappeler la mémoire des victimes de la pire catastrophe industrielle du XXe siècle.   

  

 Il y a presque 35 ans, dans la nuit du 3 décembre 1984, l’explosion de l’usine de la firme américaine Union Carbide propage un nuage de 40 tonnes de pesticides dans l’air de la ville. Le bilan est lourd : près de 12 000 morts et 250 000 malades à la suite de l’explosion, selon les plus récentes évaluations. Lors des manifestations annuelles, les habitants de Bhopal montrent leur colère et brûlent des mannequins représentant des responsables de Union Carbide.   

  

  

 À ne pas manquer à Bhopal et dans les environs :