/finance/business
Navigation

Plus de 10 000 $ de voyages en six mois pour la PDG de la SAQ

Catherine Dagenais, PDG
Photo Jean-François Desgagnés Catherine Dagenais, PDG

Coup d'oeil sur cet article

La PDG de la Société des alcools du Québec (SAQ), Catherine Dagenais, a dépensé plus de 10 105 $ en voyages hors Québec au cours des six premiers mois de 2019.

Les données compilées par la société d’État et obtenues par Le Journal démontrent que la PDG n’a pas chômé entre les mois de février et juin, passant notamment par les villes de Toronto, de Düsseldorf, en Allemagne, d’Halifax et de Bordeaux, en France.

En incluant ses repas, son transport par avion et son hébergement, la grande patronne de la société d’État a notamment déboursé 4050,09 $ pour ses 10 jours en mars dernier à un salon des vins de Düsseldorf, en Allemagne.

Pour son passage de cinq jours au salon Vinexpo à Bordeaux, en France, en mai, la facture de ses dépenses a atteint 3862,27 $.

602 $ la nuit

À son voyage à Toronto, en juin dernier, la PDG de la SAQ a notamment payé sa chambre d’hôtel (une nuit) plus de 602 $, peut-on lire dans les relevés de dépenses publiés par la société d’État.

« Ces déplacements de Mme Dagenais sont liés à la participation de la SAQ aux deux plus importantes rencontres internationales de vins et spiritueux réservées à l’industrie », a fait valoir une porte-parole de la SAQ, Linda Bouchard.

Des incontournables ?

Selon cette dernière, la SAQ doit y être pour « favoriser le développement des relations d’affaires avec les producteurs et commerçants de partout dans le monde ».

Or, l’ancien PDG de la SAQ, Alain Brunet, n’avait pourtant pas assisté à ces rencontres internationales au cours des dernières années de son mandat de cinq ans.

Le Journal a d’ailleurs tenté d’obtenir les noms des hôtels où la PDG de la SAQ a logé lors de ses séjours à l’étranger en 2019. La SAQ n’a pas voulu nous fournir ces informations.

« Sans identifier les hôtels où Mme Dagenais a séjourné, notons que ces grands événements sont l’occasion, pour les hôteliers, d’afficher les prix haute saison sans possibilité de négocier les tarifs », a précisé la porte-parole de la SAQ.