/misc
Navigation

Technique simple et efficace pour l’orignal

La technique d’Elie Murray, qui consiste à arracher des feuilles et à les froisser entre ses mains, lui a permis de récolter de nombreux orignaux.
Photo courtoisie La technique d’Elie Murray, qui consiste à arracher des feuilles et à les froisser entre ses mains, lui a permis de récolter de nombreux orignaux.

Coup d'oeil sur cet article

Il existe plusieurs méthodes pour tenter de déjouer le roi de la forêt dans son environnement. Certaines sont vraiment plus subtiles que d’autres.

Elie Murray, de Joliette, chasse depuis près de quatre décennies. Au cours des 19 derniers automnes, il a réussi à intercepter à l’arc 16 cervidés de grande taille dans la zec Lavigne située dans la belle région de Lanaudière.

Préparation

Au fil des ans, il a localisé certains sites qui affichaient clairement un potentiel.

De quatre à six semaines, après la saison de la chasse à l’orignal, M. Murray dépose à chacun des spots prometteurs un bloc de sel blanc et un autre de couleur rouge, riche en iode. Il les installe sur des petits arbres à environ 120 à 150 cm du sol. Selon ses propos et ses croyances, cela incitera les grands mammifères à rester dans le secteur une bonne partie de l’année.

Il retourne sur son territoire au printemps pour s’assurer que les blocs sont toujours bien en place, puis il ajoute du sel en pastilles. Il en profite pour positionner quelques caméras-espionnes pour éventuellement analyser les allées et venues des spécimens aux alentours.

Deux semaines avant la saison tant attendue, il installe quelques plateformes qui lui permettront d’attendre le gibier bien camouflé, mais surtout à bon vent. Il vérifie aussi le contenu de ses caméras afin d’établir sa stratégie et se positionner correctement.

Quand Elie se rend à son site avec son arc et ses flèches, il émet quelques vocalises de femelle en rut. Une fois sur place, s’il n’a pas eu de réponse, il lance des cris chaque heure.

En pleine action

Deux à trois fois par jour, il descend de son stand et s’en éloigne à la chasse fine d’environ 700 - 800 mètres afin d’y caller à quelques reprises. Il espère ainsi créer une confusion concernant la distance, dans l’esprit de l’orignal ciblé, pour l’attirer à portée de tir, dans son mirador. Dès qu’un mâle lui répond, et c’est là qu’Elie se démarque, il cesse les appels et il se met en mode furtif.

Il se place tout de suite à bon vent et il commence à imiter l’orignal qui mange des feuilles vertes. Il serre alors une branche garnie entre ses doigts et la tire de façon à la dégarnir de son feuillage. Il saisit ensuite les feuilles dans une main et il les compresse sur elles-mêmes afin de recréer le bruit engendré par une gueule de cervidé en train de mastiquer.

Il rassure ainsi les autres congénères et parvient à se fondre dans le décor. Ce mouvement répétitif attire, selon M. Murray, les rois de la forêt qui se trouvent à proximité. Si le trophée convoité n’approche pas, le chasseur interrogé prend une pause d’une heure, puis il recommence la session de broutage simulée. Avec un taux de succès de 85 % sur une période de 19 ans, il ne fait aucun doute que ce genre d’approche rapporte les dividendes escomptés.

À propos des fusils superposés

La technique d’Elie Murray, qui consiste à arracher des feuilles et à les froisser entre ses mains, lui a permis de récolter de nombreux orignaux.
Photo courtoisie

Avec ce modèle d’arme, qu’on appelle aussi à bascule, à charnière ou de façon populaire un casseux, il y a quatre points que vous auriez intérêt à connaître :

Les deux gerbes convergent sur le même axe à une distance de 30 mètres. Si vous n’avez qu’un seul coup à tirer, utilisez toujours le canon du bas, car c’est lui qui est le plus en ligne avec votre œil dominant.

Lorsque vous empoignez ce type d’arme, que nos voisins américains désignent comme étant un over and under, et que vous faites feu, si le pontet (pièce circulaire qui protège la gâchette) blesse votre majeur, sachez que cela signifie que la crosse est trop courte. En ajoutant simplement des espaceurs sous la plaque de couche, vous réglerez ce problème.

Si vous avez un sélecteur de canon, il serait astucieux de le régler en fonction de vos étrangleurs. Ainsi, vous pourriez opter pour un choke ouvert comme un cylindrique ou un cylindrique amélioré pour faire feu sur le gibier à courte distance et pour un étranglement plus serré, comme un modifié, ou un full si le gibier est loin ou en fuite.