/entertainment/stage
Navigation

Un Cercle de craie caucasien modernisé

Le metteur en scène Olivier Normand a été influencé par les séries «lourdes»

Le cercle de craie caucasien
Photo courtoisie, Stéphane Bourgeois Maude Boutin St-Pierre et Anne-Marie Côté lors des répétitions du Cercle de craie caucasien.

Coup d'oeil sur cet article

Les façons de raconter une histoire ont énormément changé et évolué au cours des dernières années. Le metteur en scène Olivier Normand a tenu compte de cette réalité pour la relecture de la pièce Le Cercle de craie caucasien de Bertolt Brecht.

La qualité des séries diffusées sur Netflix et les chaînes spécialisées ont, précise-t-il, ­changé la donne.

« Les meilleurs raconteurs d’histoires, en ce moment, ne sont pas tout le temps au théâtre. Les séries d’aujourd’hui sont vraiment bien écrites. On comprend les enjeux rapidement, et les auteurs peuvent nous monter en bateau pendant deux ou trois épisodes et tout virer de bord par la suite », a indiqué le metteur en scène lors d’un entretien.

Le metteur en scène Olivier Normand s’adresse à des enfants qui font partie de la distribution.
Photo Stéphane Bourgeois
Le metteur en scène Olivier Normand s’adresse à des enfants qui font partie de la distribution.

À l’affiche à partir de mardi, au Trident, Le Cercle de craie caucasien raconte la lutte entre deux femmes pour la garde d’un enfant.

Un enfant est oublié par sa mère lors d’un tumulte généré par un coup d’État, où le conjoint de celle-ci, gouverneur, a été ­assassiné. ­Groucha, la servante du palais, incapable de quitter l’endroit en abandonnant le bébé, le récupère et l’emporte avec elle. Quatre ans plus tard, l’enfant est retrouvé par les soldats qui étaient à ses trousses.

« La mère désire récupérer son enfant. Il y a un procès, et le juge décide qu’une épreuve aura lieu pour déterminer qui obtiendra la garde. Un cercle est dessiné sur le sol, l’enfant est placé au milieu, et les deux femmes vont tirer chacun de leur bord afin de voir qui est la vraie mère », a-t-il résumé.

Une mère biologique et une mère adoptive doivent s’affronter dans une épreuve afin de déterminer qui aura la garde de l’enfant.  
Photo Stéphane Bourgeois
Une mère biologique et une mère adoptive doivent s’affronter dans une épreuve afin de déterminer qui aura la garde de l’enfant.  

« Thrillant »

Le texte original de Bertolt Brecht a été publié en 1949. La relecture d’Olivier Normand et du conseiller dramaturgique Patrick Dupuis se situe dans le monde contemporain. « J’aime l’histoire de la pièce, mais elle a été écrite dans les années 1940. Notre capacité à saisir les histoires a vraiment changé. On consomme tellement de fiction aujourd’hui. N’importe qui qui regarderait une série des années 1980 faite au Québec trouverait ça lent. On voulait que ce qui est le meilleur de la pièce se retrouve au premier plan », a fait remarquer Olivier Normand.

Le metteur en scène et le conseiller dramaturgique ont remanié le texte, déplacé des segments, éliminé certains personnages, pour se concentrer sur l’essentiel. Deux musiciens interpréteront sur scène une trame sonore comme on en retrouve dans les films et les séries.

« On suit le périple d’une femme sur quatre ans où elle traverse des montagnes, un ravin, où sa vie est souvent mise en danger. C’est une histoire de film d’aventure, et on voulait que ça soit “thrillant” », a-t-il mentionné.


► Le Cercle de craie caucasien est présentée du 17 septembre au 12 octobre, au Trident.