/news/politics
Navigation

Des dossiers chauds cet automne à l'Assemblée nationale

Les élus auront droit à une rentrée parlementaire fort chargée

Le premier ministre François Legault à l’Assemblée nationale, le 1er mai dernier.
Photo d’archives, Simon Clark Le premier ministre François Legault à l’Assemblée nationale, le 1er mai dernier.

Coup d'oeil sur cet article

L’automne sera chargé pour les troupes de François Legault. Négociation avec le secteur public, négociation avec les médecins, réforme du Fonds vert, abolition des commissions scolaires et défense de la langue française seront au menu politique et législatif.

Négociation avec le secteur public et les médecins

Lors des dernières négociations, les syndicats faisaient face à Martin Coiteux en période d’austérité budgétaire. Maintenant que les coffres de Québec sont pleins, le président du Conseil du trésor, Christian Dubé, saura-t-il réduire leurs ardeurs ? La CAQ aimerait également hausser le salaire de certaines catégories d’emplois, comme les informaticiens et les préposés aux bénéficiaires. M. Dubé devra également expliquer s’il compte réduire de 1 milliard la masse salariale des médecins spécialistes, une promesse électorale.

Réforme du mode de scrutin

Durant la campagne électorale, François Legault s’était engagé à ne pas faire un Justin Trudeau de lui-même. Cependant, sa promesse de changer le mode de scrutin d’ici la prochaine élection semble en grand danger. Il déposera toutefois en octobre un projet de loi sur un mode de scrutin proportionnel mixte compensatoire. On laisse maintenant entendre que cette proposition sera soumise à un plébiscite lors de la prochaine élection.

Les débuts de la Commission Laurent

Les Québécois ont été touchés au printemps par le décès d’une fillette maltraitée à Granby, une tragédie qui remet en question le rôle de la DPJ dans cette triste histoire. Le gouvernement Legault a mandaté Régine Laurent et la Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse pour faire la lumière sur le système de protection des enfants québécois. Les audiences débuteront le 22 octobre et se termineront avant Noël.

Bye bye aux élections scolaires

Cette fois-ci sera-t-elle la bonne ? La CAQ va déposer un projet de loi pour remplacer les commissions scolaires par des centres de service, sonnant le glas des élections scolaires. Le gouvernement Couillard s’y était cassé les dents en 2015. Le plus gros problème de François Legault ? Les commissions scolaires anglophones, qui s’estiment protégées par la Charte canadienne des droits et libertés.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Vers une bonification du RQAP ?

Le régime québécois d’assurance parentale croule sous les surplus. Le gouvernement Legault a la ferme intention de respecter son engagement de baisser de 6 %, dès 2020, les cotisations. Selon le ministre du Travail, Jean Boulet, même avec une baisse substantielle des cotisations, Québec aura malgré tout la marge de manœuvre suffisante pour bonifier le RQAP. M. Boulet n’a pas révélé son intention, mais a déjà confié au Journal qu’il ne bonifierait pas le congé de paternité.

Le nouveau Fonds vert

L’image de marque du Fonds vert a été passablement amochée par plusieurs reportages du Journal sur des dépenses farfelues, comme des ailettes d’avion payées à Air Canada ou une subvention pour la construction d’un oléoduc. Les piètres résultats du Québec dans son effort de réduction des émissions de gaz à effet de serre depuis sa création ont également jeté un doute sur sa pertinence. Le gouvernement Legault propose de le remplacer par le Fonds d’électrification et de changements climatiques. Il abolit le Conseil de gestion et centralise sa gestion, la confiant au ministre de l’Environnement, Benoit Charrette. Il devra préciser, dans un projet de loi, la façon dont il compte réduire les émissions du Québec.

Bonjour la police

Les partis d’opposition commencent à piaffer d’impatience à l’endroit de la ministre de la Sécurité publique Geneviève Guilbault. Elle doit trouver un patron pour l’Unité permanente anticorruption, orpheline depuis le départ de Robert Lafrenière il y a près d’un an. Un problème de leadership persiste aussi à la Sureté du Québec : son DG est toujours suspendu, et son remplaçant par intérim a annoncé qu’il partait à la retraite à seulement 52 ans.

Tarifs d’Hydro

François Legault a promis que les Québécois seront remboursés pour les trop-perçus d’Hydro-Québec avec une année de gel des tarifs d’électricité, suivi de hausses fixées à l’inflation. Un projet de loi a été déposé par le ministre Jonatan Julien au dernier jour de la session parlementaire du printemps. Il doit maintenant être adopté, mais plusieurs experts se demandent si les Québécois économiseront vraiment avec la solution caquiste et s’inquiètent de voir que la Société d’État n’aura plus de comptes à rendre chaque année à la Régie de l’énergie. La commission parlementaire se déroulera cet automne.

Défense de la langue française

Après la laïcité de l’État et la réforme de l’immigration, Simon Jolin-Barrette a hérité du dossier linguistique. Il a le mandat d’appliquer le rapport de sa collègue députée Claire Samson, qui veut faire de la francisation des nouveaux arrivants une « priorité nationale ».