/weekend
Navigation

Les mystères de la vie

<b><i>Comment voyager dans le temps</i></b><br />
Stéphane Durand<br />
Éditions Librio
Photo courtoisie Comment voyager dans le temps
Stéphane Durand
Éditions Librio

Coup d'oeil sur cet article

J’ai toujours été fasciné par l’univers scientifique, même si je ne comprends rien à la mécanique quantique. Cela va de nos origines sur Terre jusqu’à la transformation de l’électricité et bien plus encore, comme la place de l’intelligence artificielle dans nos vies.

Ces trente-cinq chroniques que nous propose le professeur et physicien Stéphane Durand sont inspirées des « carnets insolites » diffusés sur les ondes de la radio publique. Il a choisi les plus fous, dit-il, et cela promet.

Ainsi, l’auteur se demande si l’univers serait programmé pour que la vie y surgisse. Si la vie existe sur Terre, c’est grâce à la chaleur produite par le soleil. Sans chaleur, pas de vie. Mais encore faut-il que cette chaleur corresponde au bon degré qui permette l’éclosion de la vie. C’est, et la comparaison est de moi, comme pour un gâteau. Soit le four est trop chaud et le gâteau brûle, soit le four est trop faible et il ne lève pas. Donc, il a fallu que la chaleur du soleil, ou que sa constante nucléaire, soit bien dosée. C’est cette découverte qui pousse à croire qu’il a fallu « une intelligence directrice derrière ces coïncidences cosmiques ». Mais en admettant qu’il y ait des milliards d’univers avec des constantes fondamentales différentes de notre système solaire, on pourrait alors conclure que notre univers a reçu les bonnes constantes, c’est-à-dire le bon dosage de chaleur, grâce au hasard, « un peu comme à la loterie en somme : même s’il y a seulement une chance sur un million de gagner, il y a toujours un heureux élu, car il y a des millions de gens qui y participent. [...] Notre univers à nous serait celui qui a gagné à la loterie cosmique ». Cet énoncé suffira-t-il à convaincre ceux qui croient encore à une explication spirituelle de nos origines ?

Un des défis les plus importants, selon moi, de la science est celui qui concerne justement le corps humain. La science peut-elle nous aider à vivre encore plus longtemps, en nous immunisant contre certaines maladies mortelles ? Si au lieu d’attendre un possible don d’organe, on en fabriquait un en laboratoire ? Cela pourrait se faire à partir de nos propres cellules. « En fait, on pourrait cultiver de cette façon un cœur, un poumon, un foie, un pancréas, une vessie, juste au cas où. »

Ce qui nous paraissait impossible hier peut devenir tout à fait réalisable dans un proche avenir. Et cela ne pose pas de problème d’ordre éthique, car il ne s’agit pas de cloner un individu au complet, mais juste un organe de remplacement. Mais en serait-il autrement si on clonait un cerveau humain, le vôtre par exemple ? Parce que le cerveau est souvent l’objet de nombreuses attaques : maladies dégénératives, tumeur, cancer, AVC, etc. Comment imaginer, dans un tel cas, le transfert de milliards de données, auditives, visuelles, tactiles, etc. ?

Cellules souches

Il y a aussi la possibilité d’implanter des cellules souches dans l’organe malade. Cela a été tenté avec succès au Japon récemment dans un cas de dégénérescence maculaire. Ou encore le remplacement de nos neurones naturels par des neurones artificiels, dont l’influx nerveux a la capacité de voyager à la vitesse de la lumière. Cela peut sembler de la science-fiction, mais on y travaille déjà.

Et le vieillissement, maintenant. Les scientifiques y travaillent de plus en plus et on a trouvé dans le cerveau des souris un mécanisme qui contrôle leur vieillissement ou leur rajeunissement. On rêve tous de vivre plus longtemps pourvu que nous conservions la santé. Mais si la mort était nécessaire pour assurer la survie de notre espèce, se demande l’auteur, est-il vraiment louable de vouloir la contourner ?

Durand aborde de nombreux autres sujets tout aussi passionnants comme la télépathie, l’augmentation de notre intelligence, la mémoire, les extraterrestres, les robots et les voitures autonomes, les voyages dans le passé et les sauts dans le futur, illusion et réalité, l’existence de multiples copies de soi, la cryogénisation, etc. Autant de beaux sujets de débat en perspective. Vive la science ainsi mise à la portée de tous !