/news/politics
Navigation

Réforme du mode de scrutin: Legault manque de courage, selon QS

Coup d'oeil sur cet article

François Legault «manque de courage» pour respecter sa promesse de réformer le mode de scrutin, déplore Québec solidaire.

Selon Gabriel Nadeau-Dubois, le premier ministre se sert actuellement du Directeur général des élections pour renier son engagement. 

«C’est un manque de courage que de se cacher derrière le DGEQ pour briser sa promesse. Quand on brise sa promesse, il faut au moins avoir le courage de regarder les gens dans les yeux et de dire, je brise ma promesse», s’est désolé dimanche le leader parlementaire solidaire, en marge du caucus présessionnel de sa formation politique à l’Assemblée nationale. 

La CAQ a admis cette semaine que le changement du mode de scrutin pour inclure une part de proportionnelle ne sera pas en vigueur pour les prochaines élections provinciales de 2022. La ministre responsable du dossier, Sonia LeBel, a rappelé que le DGEQ avait déjà dit avoir besoin de 30 à 42 mois pour préparer une élection générale sous un nouveau système pour expliquer ce report. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Selon les solidaires, le premier ministre Legault et sa ministre LeBel sont confrontés à la résistance de leur caucus et cherchent à se tirer d’affaire. «En ce moment, l’impression qu’on a, c’est qu’il y a des députés d’arrière-ban de la CAQ qui ont peur de perdre leur job», a insisté Gabriel Nadeau-Dubois. 

Il signale que le DGEQ a déjà dit être en mesure de réformer le mode de scrutin à l’intérieur d’une période de deux ans. 

«Si la CAQ brise sa promesse, elle va devenir exactement le genre de parti qu’elle a passé des années à critiquer dans l’opposition, un parti qui dit une chose pour se faire élire, mais qui fait autre chose pour rester au pouvoir.»