/world
Navigation

Marché pétrolier: Trump promet d’aider ses alliés après l’attaque en Arabie

Marché pétrolier: Trump promet d’aider ses alliés après l’attaque en Arabie
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Donald Trump a assuré lundi que les États-Unis n’avaient pas besoin du pétrole du Moyen-Orient, au moment où le cours de l’or noir s’envolait après l’attaque de drones en Arabie saoudite, le président américain promettant toutefois d’aider ses alliés. 

• À lire aussi - Pétrole: l'Arabie en passe de restaurer le tiers de sa production  

• À lire aussi - Un dangereux prétexte de guerre  

• À lire aussi - Les prix du pétrole grimpent de plus de 10 % après les attaques contre l’Arabie saoudite   

« Parce que nous nous sommes si bien débrouillés avec l’énergie ces dernières années (merci, M. le Président), nous sommes un exportateur net d’énergie et maintenant le producteur d’énergie numéro un au monde », a-t-il écrit sur Twitter lundi matin.  

« Nous n’avons pas besoin du pétrole et du gaz du Moyen-Orient et avons en réalité très peu de navires-citernes là-bas, mais nous aiderons nos alliés », a poursuivi le dirigeant républicain. 

Le président américain avait annoncé dimanche soir qu’il autorisait l’utilisation des réserves stratégiques américaines de brut « si besoin » afin de compenser la baisse de production saoudienne. 

Les États-Unis sont le premier pays producteur de pétrole, avec près de 18 millions de barils par jour en 2018, selon les données de l’agence américaine d’information sur l’énergie. 

L’Arabie saoudite est premier exportateur mondial de brut et deuxième producteur.  

Le cours du pétrole s’est envolé lundi après l’attaque contre des installations pétrolières saoudiennes pendant le week-end, qui a réduit brutalement l’approvisionnement du monde en brut, et réveillé la crainte d’une escalade militaire entre États-Unis et Iran.  

Les rebelles yéménites Houthis, soutenus par Téhéran dans le conflit contre une coalition militaire menée par Riyad, ont revendiqué ces attaques.  

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a accusé l’Iran d’en être à l’origine et Donald Trump a affirmé dimanche que les États-Unis étaient « prêts à riposter ». 

L'UE appelle à «la plus grande retenue» 

L’Union européenne a exhorté lundi à « la plus grande retenue » après les accusations portées par Washington contre Téhéran à la suite d’une attaque de drones contre des installations pétrolières saoudiennes revendiquée par des rebelles yéménites. 

« L’attaque d’hier par des drones contre deux installations pétrolières Aramco en Arabie saoudite constitue une menace réelle pour la sécurité régionale », a déploré la porte-parole de la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini.   

« Au moment où les tensions dans la région s’exacerbent, cette attaque compromet le travail de désescalade et de dialogue en cours », a-t-elle regretté.   

« Il est important d’établir clairement les faits et de déterminer la responsabilité de cette attaque déplorable. Dans le même temps, l’Union européenne réitère son appel en faveur de la plus grande retenue et d’une désescalade », a-t-elle affirmé.   

Le cours du pétrole s’est envolé lundi après l’attaque contre des installations pétrolières saoudiennes, qui a réduit brutalement l’approvisionnement du monde en or noir, et réveillé la crainte d’une escalade militaire entre États-Unis et Iran.   

Les explosions ont déclenché des incendies dans l’usine d’Abqaiq, la plus grande pour le traitement de pétrole au monde, et sur le champ pétrolier de Khurais.    

Les rebelles yéménites Houthis, soutenus par l’Iran et qui font face depuis cinq ans à une coalition militaire menée par Riyad, ont revendiqué ces attaques. Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a accusé l’Iran d’être à l’origine de l’attaque.   

Attaque de drones en Arabie: Moscou appelle à «ne pas tirer de conclusions hâtives»   

La Russie a appelé lundi la communauté internationale à « ne pas tirer de conclusions hâtives » après l’attaque de drones contre des installations pétrolières saoudiennes revendiquée par des rebelles yéménites et pour laquelle Washington accuse l’Iran.  

« Nous appelons tous les pays à s’abstenir de toute action ou conclusion hâtive à même d’aggraver la situation, mais, au contraire, à maintenir une ligne qui aidera à l’apaiser », a déclaré aux journalistes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.  

« Cet incident est une histoire très déplaisante avec des conséquences très déplaisantes pour les marchés mondiaux » du pétrole, a poursuivi M. Peskov, disant espérer que « l’Arabie saoudite sera en mesure de venir à bout des dégâts le plus tôt possible ».  

Le président russe Vladimir Poutine doit se rendre en octobre pour une visite officielle en Arabie Saoudite, dont la date sera annoncée prochainement, a ajouté le porte-parole du Kremlin.