/sports/hockey/canadiens
Navigation

Stéphan Lebeau : «le flambeau du Canadien s’est éteint»

Stéphan Lebeau : «le flambeau du Canadien s’est éteint»
Photo Audre Kieffer

Coup d'oeil sur cet article

L’ancien attaquant du Canadien de Montréal Stéphan Lebeau dit être du même avis que son ex-coéquipier Stéphane Richer, qui s’est montré critique à propos de la relation entre les anciens et les actuels joueurs du CH. 

À lire aussi : Un gouffre entre les joueurs actuels et les anciens   

À lire aussi : «Les joueurs ont tous peur de parler» - Stéphane Richer

À lire aussi : Contrôle exagéré sur ses joueurs: le Canadien réfute les affirmations de Stéphane Richer

En marge du tournoi de golf de l’équipe le 9 septembre, celui-ci avait déploré le manque d’interaction entre les joueurs du club et leurs prédécesseurs. La preuve, le jeune défenseur Victor Mete ne connaissait pas du tout Richer, le dernier marqueur de 50 buts du Canadien. 

«Cela me manque-t-il d’être présent dans l’organisation? Non. Cela manque-t-il au Canadien? Probablement. Les temps ont bien changé, a mentionné Lebeau au site Danradiosports.com. Ce fameux flambeau, auquel on fait souvent référence, je pense qu’il s’est éteint et je trouve ça bien malheureux.» 

«C’est vrai qu’à mon époque et celle de Stéphane Richer, les anciens étaient quasi omniprésents dans l’entourage de l’équipe; le salon des anciens était tout près. C’était vraiment agréable de côtoyer ces gars-là. Ils intervenaient au quotidien pour les opérations hockey. Ils étaient dans l’entourage et on pouvait partager des histoires», a ajouté le natif de Saint-Jérôme, rappelant que les anciens sont très bien traités par l’organisation de Geoff Molson. 

L’influence des légendes 

Lebeau croit également que discuter avec Maurice et Henri Richard, Frank et Peter Mahovlich ou encore Yvan Cournoyer, entre autres, avait une influence positive sur la façon de faire de l’organisation. L’héritage de ces joueurs a eu des répercussions positives chez le Québécois, mais pour les joueurs actuels, les bienfaits de cette présence des anciens ne sont pas aussi palpables. 

«Le passé glorieux vient-il mettre de la pression sur les joueurs actuels? Je ne le sais pas, a déclaré Lebeau. À chaque fois qu’un joueur se fait repêcher ou échanger, il dit qu’il est heureux de se joindre à une organisation aussi prestigieuse. C’était vrai dans le passé, ce ne l’est plus aujourd’hui. Ce joueur connaît-il vraiment l’histoire du Canadien?» 

L’homme de 51 ans a fait partie de la dernière formation du Canadien ayant gagné la coupe Stanley, en 1993. Lebeau avait à l’époque disputé la meilleure saison de sa courte carrière dans la Ligue nationale de hockey (LNH), récoltant 80 points, dont 30 buts. Il a disputé six de ses sept campagnes dans la LNH avec le Tricolore.