/sports/soccer/impact
Navigation

Une saison à sauver

Coup d'oeil sur cet article

Soccer Canada avait décidé d’organiser une conférence de presse formelle lundi matin, histoire de faire mousser cette finale du Championnat canadien opposant l’Impact au Toronto FC dont le premier match sera disputé mercredi soir au Stade Saputo.

L’Impact espère un peu sauver sa saison en remportant la coupe des Voyageurs même si bien des observateurs ne donnent pas cher de sa peau contre un Toronto FC qui va drôlement bien depuis quelque temps.

« C’est correct si les gens pensent que nous sommes les négligés. Il n’y a pas de négligés dans une finale », a soutenu Wilmer Cabrera.

« On joue contre notre grand rival, c’est une finale spéciale, il n’y a pas de meilleure motivation », a ajouté l’entraîneur-chef.

Une poussée

Samuel Piette croit qu’une victoire contre l’éternel rival torontois pourrait donner un nouvel élan à l’équipe qui se cherche désespérément depuis plus de deux mois.

« Gagner une finale avec tout ce qui se passe en ce moment et contre Toronto qui va bien en ce moment, ça nous donnerait une poussée pour les derniers matchs restants en MLS. »

Rappelons que c’est la première présence de l’équipe en finale depuis 2017. Le Bleu-blanc-noir s’était alors incliné 3 à 2 au total des buts contre Toronto.

Le dernier triomphe montréalais en finale du Championnat canadien remonte déjà à cinq ans, soit en 2014. C’est ce qui avait pavé la voie à cette merveilleuse épopée en Ligue des champions de la CONCACAF qui avait mené l’équipe à 45 minutes d’un triomphe en finale contre Club América.

Pas désavantagé

Même si Toronto est invaincu à ses sept derniers matchs (3-0-4), Samuel Piette estime que l’Impact ne doit pas avoir de complexe d’infériorité malgré une fiche de 1-5-1 au cours de la même période. « Je ne crois pas qu’ils aient un avantage sur nous. C’est un nouveau départ et ce qui s’est passé avant ne compte plus, tout peut arriver.

« On a tout à prouver et c’est peut-être un avantage pour nous parce qu’on veut faire taire nos détracteurs. »

Selon le Québécois qui compte plusieurs amis chez l’adversaire, l’Impact a tendance à sortir ses meilleures performances quand on le croit battu d’avance. « Depuis que je suis ici, on dirait que quand on joue contre une équipe qui est dans un bon moment ou qui est favorite, on dirait que c’est là qu’on réagit. »

L’Impact pourra s’appuyer sur l’expérience de certains vétérans, dont Evan Bush, Nacho Piatti et Victor Cabrera, qui ont vécu le parcours du printemps 2015.

Il pourra aussi profiter de l’expérience de Wilmer Cabrera qui a mené le Dynamo à sa première conquête de l’US Open Cup, la Coupe des États-Unis, l’année dernière.