/news/currentevents
Navigation

Un procès pour «Roland de Québec»

Les deux présumées victimes ont témoigné

Le photographe Roland Lachance
Photo d'archives, Simon Clark Le photographe Roland Lachance

Coup d'oeil sur cet article

Deux victimes de Roland Lachance sont venues raconter comment elles avaient été agressées sexuellement par le photographe alors qu’elles étaient adolescentes.

L’homme reconnu pour avoir pris des clichés des plus grandes vedettes pendant 50 ans subissait son enquête préliminaire au cours de laquelle les deux présumées victimes sont venues raconter comment elles avaient été abusées par l’octogénaire. La première victime, un homme de 57 ans, s’est ainsi reportée à l’été 1977.

Avec des amis, le jeune, qui habitait ville Vanier, s’était rendu à place Fleur de Lys, où avait lieu un cirque. Roland Lachance l’avait interpellé pour qu’il l’aide comme assistant pendant qu’il prenait des photos des animaux du cirque, lui promettant 10 $ pour son aide.

Le jeune de 14 ans serait ensuite monté dans une vieille roulotte pour y développer les photos. De fil en aiguille, l’accusé lui aurait demandé de baisser ses culottes pour prendre une photo de son pénis. Puis Lachance se serait couché sur un lit pour se masturber avant de dire à l’adolescent de s’approcher pour lui faire une fellation.

« Moi, j’ai toujours obéi », a dit la victime. Il a revu Roland Lachance à la télévision en 2010. « Sa face, je ne l’avais jamais oubliée, son nom, je ne le savais même pas », a-t-il témoigné.

Masturbation en échange

L’autre victime était à l’époque un artiste que Lachance aurait pris sous son aile, disant qu’il avait du talent. Lors d’un premier épisode, l’accusé aurait commencé des rapprochements dans une chambre noire, mais sans succès.

« J’ai dit non et je l’ai poussé [...]. Il a revolé ». Le photographe se serait par la suite excusé, mais lors d’un autre événement, en décembre 1993, la victime de 16 ans aurait accepté de se masturber devant son agresseur en échange d’une photo à être publiée dans un journal.

Roland Lachance fait face à quatre chefs d’attentat à la pudeur, agression sexuelle et grossière indécence. L’homme de 87 ans a dit publiquement ne se sentir coupable de rien. Il a été cité à procès.