/news/currentevents
Navigation

Arrestation musclée: un policier devra verser 5000 $ en dommages à Alexis Vadeboncoeur

Alexis Vadeboncoeur
PHOTO COURTOISIE Alexis Vadeboncoeur

Coup d'oeil sur cet article

TROIS-RIVIÈRES – L'un des quatre policiers impliqués dans l'arrestation musclée d'Alexis Vadeboncoeur, en février 2013, devra verser 5000 $ en dommages à sa victime, soit bien moins que les 490 000 $ espérés par le prévenu.

Le 2 février 2013, Alexis Vadeboncoeur avait été arrêté par quatre agents du Service de police de Trois-Rivières dans la cour du cégep local, en possession d'une arme, après avoir tenté de fuir les policiers à la suite d'un vol. La scène, captée sur vidéo, permet de voir les agents frapper le prévenu au cours de son arrestation.

Vadeboncoeur avait été condamné à quatre ans de prison à la suite de cet événement. Les quatre policiers avaient quant à eux été accusés de voies de fait, mais seul Kaven Deslauriers avait été trouvé coupable.

Le plaignant réclamait, dans une poursuite au civil, un dédommagement totalisant 490 000 $ aux quatre policiers. La juge Marie-Paule Gagnon a plutôt choisi de lui octroyer un montant de 5000 $, apprend-on dans un jugement qui a été rendu vendredi dernier.

La juge a reconnu que l'agent Deslauriers a fait preuve d'un «usage excessif de la force». «Le Tribunal est d'avis que, dans ces circonstances, il [...] est en droit de condamner l'agent Deslauriers au paiement de la somme de 5000 $», a-t-elle écrit.

«Le Tribunal partage l'avis des défendeurs à l'effet que la réclamation était par ailleurs grossièrement exagérée compte tenu des dommages mis en preuve», a ajouté la juge Gagnon.

Alexis Vadeboncoeur purge actuellement une peine de 15 mois de détention pour une série d'infractions, incluant des menaces de mort adressé à un étudiant au Carrefour formation Mauricie en février dernier.