/sports/others
Navigation

Deux équipes du Québec et des Maritimes au national du volleyball masculin

Deux équipes du Québec et des Maritimes au national du volleyball masculin
Photo DANIEL MALLARD

Coup d'oeil sur cet article

Les cinq équipes de volleyball masculin évoluant dans la nouvelle conférence réunissant les formations du Québec et des Maritimes ont reçu une bonne nouvelle.

Cette nouvelle conférence qui a vu le jour l’an dernier – étant donné que les effectifs fondaient comme neige au soleil dans l’est du pays – obtiendra deux entrées au championnat canadien au lieu d’une comme prévu initialement.

«On voulait éliminer les accès aléatoires, a expliqué l’entraîneur-chef du Rouge et Or Pascal Clément. On voulait des critères vraiment objectifs. L’Ouest et l’Ontario auront chacune trois équipes et notre conférence en aura deux. Quant à l’équipe hôtesse, elle sera incluse dans le nombre d’entrées de chaque conférence.»

Compte tenu des nombreux succès passés, l’Ouest militait très fort pour obtenir quatre entrées, ce qui se produisait régulièrement au cours des dernières années. Un imbroglio qui s’est produit l’an dernier à l’occasion du championnat canadien disputé au PEPS a aidé le Québec et les Maritimes à obtenir gain de cause. La formule utilisée pour établir quelle formation devait obtenir le dernier laissez-passer tenait compte de la force du calendrier de chacune des équipes et des conférences médaillées au championnat précédent.

«Thompson Rivers a battu Mount Royal dans les séries éliminatoires de l’Ouest et c’est Mount Royal qui a obtenu le dernier laissez-passer pour le national parce que leur classement était supérieur, a raconté Clément. Cela a dérangé plusieurs personnes.»

«La nouvelle formule respecte tout le monde, poursuit Clément. Cette décision est un plus pour le développement du volleyball au Québec et dans les Maritimes. Avec une seule place, le Québec ou les Maritimes auraient pu être exclus du championnat canadien pendant plusieurs années. Une seule formation au championnat canadien aurait été un prix fort à payer pour le développement.»