/misc
Navigation

La frappe de drones houthis: en attendant la riposte

La frappe de drones houthis: en attendant la riposte
Photo Media bureau/ Yemen’s Operations Command Center

Coup d'oeil sur cet article

L’Arabie saoudite et les États-Unis affirment que des armes iraniennes ont été utilisées dans les frappes de drones yéménites contre les installations pétrolières saoudiennes. Et alors? Les Saoudiens et les Émiratis détruisent systématiquement le Yémen depuis 4 ans avec des armes et des munitions provenant des États-Unis. 

L'Arabie saoudite pensait écraser rapidement ses ennemis Houthis au Yémen. Comme les Américains un peu partout dans le monde, les Saoudiens avaient l'illusion que la supériorité de leurs armes leur donnerait facilement la victoire. Les frappes aériennes saoudiennes ont provoqué la plus grave crise humanitaire de la planète, alors que plus de dix millions de personnes risquent de mourir de faim au Yémen. Et maintenant la riposte houthis est à son tour dévastatrice et ils affirment que leurs prochaines actions contre le royaume «seront plus douloureuses». 

Les Houthis ont mis en ligne le 23 juillet 34 photos d’une panoplie de drones, de missiles balistiques et de croisière qu’ils assurent produire au Yémen dans leurs propres usines. Il est manifeste qu’ils ont obtenu l’assistance technique et les transferts technologiques de l’Iran pour développer leurs armes. Comme les Américains assistent les Saoudiens dans leur guerre contre les Houthis. 

La frappe de drones houthis: en attendant la riposte
Photo Media bureau/ Yemen’s Operations Command Center

 

Le lieu d’où ont décollé les drones qui ont mené l’attaque n'a pas été établi, mais une chose est certaine, ils ont le rayon d’action nécessaire pour atteindre l’ensemble de l’Arabie saoudite. D’ailleurs, les photos diffusées comprennent des drones Samad-3 dont le rayon d’action se situe entre 1500 et 1700 km selon le haut commandement houthis. Ce drone est doté d'une technologie furtive qui rend sa détection difficile pour les systèmes de défense antiaérienne.   

Cette attaque a des répercussions importantes sur l'économie mondiale qui dépend largement du pétrole comme source d’énergie. Les frappes de drones houthis ont diminué de façon significative la capacité de production de l’Arabie saoudite, le principal producteur de la planète. Toute fermeture prolongée de ses capacités de production aurait très probablement des conséquences graves sur l’approvisionnement en pétrole du monde entier. 

Ces événements surviennent alors que les tensions entre l'Iran et les États-Unis sont très fortes. Dans un tweet, Trump a déclaré que les Américains étaient prêts à agir si la responsabilité de l’Iran était établie. De son côté, le général Amir Ali Hajizadeh, chef des forces aériennes des Gardiens de la révolution, a déclaré: «Tout le monde devrait savoir que toutes les bases américaines et leurs porte-avions à une distance de 2000 kilomètres autour de l'Iran se trouvent à portée de nos missiles.» 

En plus d’accroître les dangers de guerre au Moyen-Orient, cette attaque de drones va bouleverser les équilibres géostratégiques de la planète en rendant plus difficile pour les grands États de se défendre contre des attaques aériennes terroristes. Un ancien directeur du contre-terrorisme à la CIA, Bernard Hudson, a ainsi commenté l’attaque: «Auparavant, seuls les gouvernements avaient des forces aériennes, mais les drones ont démocratisé la violence depuis le ciel.» 

Les drones sont appelés à remplacer les commandos de djihadistes suicidaires comme ceux qui ont réalisé l’attaque du 11 septembre 2001. Ils sont à la portée de toute organisation terroriste pour des attaques contre des individus, des cibles militaires ou objectifs civils comme des infrastructures. 

Tout en étant beaucoup plus faciles et économiques à opérer, ils sont aussi plus difficiles à intercepter et à détruire que des missiles balistiques ou de croisière. Et c’est une technologie qui va être relativement facile à acquérir par des organisations terroristes islamistes comme l’État islamique ou al-Qaeda.