/qubradio
Navigation

Le député Sylvain Gaudreault se défend d’être bête

Periode des questions
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Le député péquiste Sylvain Gaudreault s’est défendu d’être bête ou de mauvaise humeur, quelques jours après que l'animateur Benoit Dutrizac lui eut reproché d’être «sec» et «antipathique». 

«J'ai l'impression d'être toujours disponible et ouvert. Mais je me donne le devoir de donner des réponses claires, d’essayer, dans mes réponses, le plus possible, d'expliquer en même temps les éléments, le contexte et c’est peut-être pour ça parfois que ça peut vous paraître bête, mais ce n’est vraiment pas mon objectif», a-t-il expliqué à l’émission Dutrizac à QUB radio, mardi. 

La semaine dernière, Benoit Dutrizac avait critiqué dans son émission l’attitude de l’élu péquiste. «Il va falloir que Sylvain Gaudreault se mette en sourire dans la voix, qu’il se mette un sourire dans la face, qu’il donne l’impression d’avoir du plaisir», avait-il lancé. 

«Sylvain Gaudreault, s’il veut être chef du Parti québécois, il va falloir qu’il apprenne à être un peu plus convivial, un peu plus sympathique, parce qu’il est sec», avait ajouté l’animateur de l’émission matinale de QUB radio. 

Pas une bête de cirque

Mardi matin, le député péquiste de Jonquière, qui songe à se présenter à la direction du Parti québécois, a plutôt soutenu vouloir «envoyer le message à la population qu’être en politique, c’est sérieux».

«Je suis peut-être de la vieille école, mais je ne suis pas une bête de cirque, je suis un député et je veux faire un travail sérieux», a-t-il affirmé. 

S’il prend son travail au sérieux, Sylvain Gaudreault a assuré ne pas se prendre au sérieux. Il a dit avoir beaucoup d’autodérision, lui qui collectionne notamment les caricatures qui le concernent. 

«Je suis capable de rire de moi-même ou de ne pas me prendre au sérieux», a-t-il insisté. 

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions