/news/politics
Navigation

La ministre Nadine Girault souffre d’un cancer

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | La ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Nadine Girault, souffre d’un cancer du poumon, mais se sent assez bien pour poursuivre son mandat.

Photo Simon Clark

C’est ce qu’elle a révélé mardi matin alors que s’ouvrait la session parlementaire de l’automne à l’Assemblée nationale, à Québec.

«[C'est] un diagnostic plus qu’inattendu pour moi étant donné puisque je n’avais jamais eu de dossier médical, je n’ai jamais fumé et j’ai toujours été en grande forme physique et pleine d’énergie», a-t-elle déclaré après avoir remercié ses proches et collègues pour leur soutien.

Photo Simon Clark

C’est au retour de missions en Tunisie, au Maroc et en Suisse que la ministre a appris qu’elle était atteinte d’un cancer au poumon, selon ce qu’elle a indiqué mardi. 

Photo Simon Clark

Le premier ministre François Legault avait déjà annoncé par voie de communiqué, à la fin août, que sa ministre devait réduire ses apparitions en public compte tenu de problèmes de santé. On ignorait toutefois ce dont Nadine Girault était affectée.   

Photo Simon Clark

Le premier ministre François Legault avait déjà annoncé en août dernier que sa ministre devait réduire ses apparitions en public, compte tenu de problèmes de santé. On ignorait toutefois de quel mal souffrait Nadine Girault.

Une surprise

Certains de ses collègues ministres ont d’ailleurs appris au moment de son annonce, mardi matin, qu’il s’agissait d’un cancer.

«Je suis fortement ébranlé par ça. Nadine est ma voisine de bureau à l’Assemblée. [...] On l’a appris ce matin et je lui souhaite le meilleur pour la suite et on va être là pour l’épauler», a indiqué le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Jonathan Julien.

Nadine Girault devra donc réduire ses activités dans les semaines à venir, notamment en limitant son nombre de voyages à l’étranger, mais conservera toutefois ses fonctions au sein du gouvernement.

Une situation qui ne surprend pas outre mesure l’oncologue et spécialiste en cancer pulmonaire au Centre hospitalier de l’Université de Montréal, Normand Blais.

«J’ai plusieurs patients qui présentent un stade avancé de la maladie et qui poursuivent leurs vies professionnelles», a-t-il expliqué.

Les connaissances médicales n’étant pas assez avancées dans le cas du cancer du poumon, il est difficile d’établir un pronostic précis sur l’avenir d’un patient, a ajouté Normand Blais.

Soutien

Faisant fi des allégeances politiques, des députés d’autres partis ont aussi exprimé leur soutien envers la ministre caquiste.

«Au-delà de la politique, il y a la vie. [...] Nos pensées vous accompagnent, ainsi que votre famille dans cette épreuve difficile», a commenté le chef par intérim du Parti libéral du Québec, Pierre Arcand.

Environ 30 000 Canadiens ont reçu un diagnostic de cancer du poumon en 2017. Ce cancer représente 14 % de tous les nouveaux cas de cancer estimés au pays.

Selon la Société canadienne du cancer, le tabac est responsable de 72 % des cas de cancer du poumon et, en comptant les effets de la fumée secondaire, ce chiffre monte à 75 %. Les autres cas peuvent s’expliquer par différentes causes environnementales, comme l’exposition au radon ou à l’amiante.

 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.