/finance/business
Navigation

Les employés «excédentaires» coûtent des millions à Hydro-Québec

Ils sont 50 dans cette catégorie

barrage Romaine 3
Photo d'archives, Simon Clark Au 30 juin 2019, les employés « excédentaires » chez Hydro-Québec pour des raisons administratives représentaient une rémunération cumulative de l’ordre de 1,58 M$ et elle était de 550 000 $ pour des raisons de santé.

Coup d'oeil sur cet article

Chaque année, les employés «excédentaires» coûtent encore des millions de dollars à Hydro-Québec.

Pour 2019, l’impact de cette catégorie de travailleurs sur la masse salariale pourrait être d’environ 2,13 millions $, a appris Le Journal.

Selon les données obtenues en vertu de la Loi sur l’accès à l’information, la société d’État comptait le 30 juin 50 travailleurs sur cette liste, entre autres, en raison «d’abolition de postes» ou «d’ajustements organisationnels». Parmi eux, 17 salariés ont aussi été affectés à d’autres tâches pour des problèmes de santé.

Un employé excédentaire est une personne qui ne fait plus ce pour quoi elle avait été embauchée. Elle se retrouve sur cette liste le temps que son statut soit régularisé. Elle conserve son salaire dans le cadre de ses autres fonctions. Par exemple, un ingénieur pourrait se retrouver à réaliser des tâches administratives.

En 2017, la Coalition avenir Québec (CAQ) avait dénoncé cette situation, la qualifiant de «révoltante». Au 31 janvier 2017, 104 travailleurs chez Hydro-Québec touchaient un salaire moyen d’environ 86 000 $ par année «alors qu’ils n’étaient pas utilisés à leur plein potentiel». La facture pour les contribuables était d’environ 10 millions $.

Pour expliquer ce que la CAQ avait nommé des «employés fantômes», rappelons qu’Hydro-Québec avait notamment coupé plus ou moins 600 postes en lien avec le déploiement des compteurs intelligents. Des travailleurs qui ont dû être réaffectés.

Parmi les métiers où des postes ont été abolis au fil des ans et où des gens ont été affectés à de nouvelles tâches, on retrouve des ingénieurs, des cadres, des employés de bureau, des spécialistes ainsi que des techniciens.

Toujours «utiles»

Chez Hydro-Québec, on assure que ces travailleurs sont toujours «utiles» pour l’organisation. On n’est toutefois pas en mesure de fournir des exemples concrets de réaffectations réalisées au cours des dernières années.

«Ce sont des employés qui réalisent des tâches utiles pour l’entreprise. Il n’y a aucun employé qui est payé à ne rien faire. Si c’est un employé permanent, il va conserver ses conditions», indique le porte-parole, Louis-Olivier Batty.