/finance/opinion/columnists
Navigation

Les gros joueurs québécois pètent le feu en Bourse

Coup d'oeil sur cet article

La Bourse de Toronto a fermé hier à son sommet historique. Cela a permis à son principal indice, le S&P/TSX, d’accumuler depuis le début de l’année 2019 un rendement de 16,5 %.

Bravo ! Cette performance des huit premiers mois et demi de la présente année du S&P/TSX est identique au rendement qu’affiche le mythique Dow Jones des 30 grandes industrielles américaines.

Mais le Québec les a battues. L’indice phare du Québec inc. en Bourse, soit l’Indice Québec 30 (IQ-30), l’IQ - 30, qui représente 30 grandes sociétés boursières dont le siège social est au Québec, a nettement dépassé les baromètres de la Bourse canadienne et de la Bourse américaine.

Se négociant lui aussi à un niveau record, l’Indice Québec 30 a accumulé un rendement de 18,3 % jusqu’à présent, cette année.

S’ajoute à cette super performance boursière, le rendement en dividende de 2,52 % que rapportent les entreprises composant l’IQ-30.

Ce qui donne 20,8 % en huit mois et demi d’activités boursières !

Au nombre des sociétés composant l’Indice Québec 30, on retrouve BCE, Alimentation Couche-Tard, CNN, Groupe CGI, Metro Inc., Québecor, Saputo, Banque Nationale, Dollarama, Power Corp., Corporation Financière Power, Bombardier, CAE, Cogeco Communications, Air Canada, SNC-Lavalin...

Et, également, Banque Royale et Banque de Montréal dont le siège social est « toujours » à Montréal, selon les documents officiels ! Grand bien leur fasse !

DIX ANNÉES FLORISSANTES

La super performance boursière de l’indice baromètre des 30 grandes entreprises du Québec inc. date du début de l’actuel cycle haussier de la Bourse, lequel s’est amorcé, il y a un peu plus de 10 ans, le 10 mars 2009.

Lors de la mémorable séance boursière précédente, soit celle du 9 mars 2009, la plupart des indices boursiers de par le monde avaient frappé leurs creux respectifs de la crise financière qui a sévi en 2008 et en début d’année 2009. Les indices affichaient tous des reculs allant de 50 à 60 % par rapport aux sommets atteints en 2007.

Depuis le 9 mars 2009, l’indice québécois IQ-30 a quadruplé. Son niveau actuel est 4,2 fois plus élevé. En 10 ans et demi, il affiche un rendement annualisé d’environ 14,75 %.

Cela équivaut à la spectaculaire performance enregistrée par l’indice Dow Jones depuis le 9 mars 2009.

Pendant cette même période de 10 ans et demi, le principal indice de la Bourse canadienne, le S&P/TSX, réussissait à « seulement » doubler de valeur, se négociant aujourd’hui à 2,2 fois son niveau du 9 mars 2009. Ce qui a rapporté un rendement annualisé de quelque 8 %, moins des poussières.

Sur une aussi longue période, obtenir un rendement annuel composé de 8 %, c’est en soi très bien comme rendement boursier.

Que dire à ce moment-là d’un rendement annualisé de 14,75 %, sinon que c’est époustouflant !

PROCHAINS MOIS...

Si on réussit à se maintenir au niveau actuel des indices boursiers jusqu’à la fin de l’année, ce sera en soi une bonne performance compte tenu des nombreux indicateurs pointant en direction d’un ralentissement économique à l’échelle mondiale.

Et restons sur le qui-vive au cas où une sévère correction survenait !