/qubradio
Navigation

Utilisation du terme «mongol» aux Gémeaux: l'humoriste Pierre Hébert s'excuse

Utilisation du terme «mongol» aux Gémeaux: l'humoriste Pierre Hébert s'excuse
JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Pierre Hébert s’est excusé pour avoir utilisé le terme «mongol» à quatre reprises dans un numéro humoristique présenté dimanche lors du 34e Gala des prix Gémeaux.

Dans un message publié mardi sur sa page Facebook, l’humoriste raconte avoir reçu des messages de parents d’enfants atteints de trisomie 21 en colère et déçus. «Ils m’ont expliqué que c’était une insulte récurrente qu’on avait faite à leur enfant atteint de trisomie 21 et que c’était un mot qu’on devrait bannir de notre langage», a-t-il écrit.  

  

  

«Je tiens à dire que ce mot n’était pas dans mon texte initialement et que c’est moi qui l’ai ajouté dans le feu de l’action de la présentation», a-t-il expliqué.     

«Mon but n’a jamais été de rire des gens atteints de trisomie 21 et ma publication d’aujourd’hui est simplement pour m’excuser à ceux et celles qui ont été blessés», a conclu l’humoriste.     

Un terme blessant   

Plus tôt dans la journée, la directrice générale du Regroupement pour la trisomie 21, Geneviève Labrecque, avait réclamé des excuses à Pierre Hébert. «C’est un terme qu’on ne veut plus entendre. C’est un terme qui blesse les personnes qui ont la trisomie 21 et leur famille», a-t-elle souligné, en entrevue avec Sophie Durocher sur QUB radio.  

«Ce que j’aimerais, mon souhait le plus cher, c’est qu’on n’utilise plus ce terme quand on a un micro pour désigner quelqu’un qui est lent, stupide ou niaiseux», a insisté Mme Labrecque.     

«Il y a de jeunes adultes qui viennent à nos activités et que je côtoie au quotidien qui se sont fait traiter de “mongols” à l’école par d’autres étudiants, a-t-elle raconté. Donc, c’est un terme qui les blesse profondément. Ce n’est pas quelque chose qu’on aime entendre.»     

   

  • ÉCOUTEZ l’entrevue de Geneviève Labrecque à l’émission On n’est pas obligé d’être d’accord:    

  

Accompagné de Sébastien Dubé des Denis Drolet pour présenter le prix de la meilleure série de variétés ou des arts de la scène, Pierre Hébert a prononcé le terme «mongol» à quatre reprises. C’est d’ailleurs cette répétition qui a le plus choqué Geneviève Labrecque.     

«À quatre reprises, j’ai trouvé ça particulier. Qu’il le laisse échapper à une reprise, par erreur ou parce qu’il a débarqué de son texte, ça peut arriver. Mais à quatre reprises, je trouve que c’est beaucoup.»     

Mme Labrecque a par ailleurs affirmé qu’un parent a déjà porté plainte auprès de Radio-Canada, qui a diffusé le gala, et qu’elle et son organisation sont également en train de rédiger une plainte. 

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions