/news/society
Navigation

Walmart accusée à nouveau de discrimination contre les femmes

Walmart accusée à nouveau de discrimination contre les femmes
AFP

Coup d'oeil sur cet article

NEW YORK | Le numéro 1 mondial de la distribution Walmart a sans doute discriminé des dizaines de femmes dans ses magasins américains, a conclu une instance chargée de faire respecter le droit du travail, et a reconnu mardi l’enseigne.

« Il y a des raisons raisonnables de penser » que Walmart a moins payé, pour des responsabilités et fonctions équivalentes, des femmes que les hommes, et leur a refusé des promotions en raison de leur sexe, aurait conclu, d’après le Wall Street Journal,la Commission pour l’égalité d’accès à l’emploi (EEOC), une organisation gouvernementale chargée de faire appliquer le droit du travail.

Ces pratiques discriminatoires concernent 178 femmes travaillant dans des supermarchés Walmart répartis dans une trentaine d’États américains.

« Les allégations de ces plaignantes remontent à plus de 15 ans et ne sont pas représentatives de l’expérience positive des millions de femmes ayant travaillé chez Walmart », s’est défendu, dans un courriel adressé à l’AFP, le groupe de l’Arkansas (sud).

Il ajoute qu’il ne commentera pas chaque cas individuellement comme l’exige la procédure de la Commission pour l’égalité d’accès à l’emploi, fondée sur la « confidentialité ».

Walmart affirme que les salariées concernées ont saisi la commission en 2012 et que depuis cette date il lui a demandé de traiter rapidement ces cas.

L’inspection du travail a demandé à Walmart, premier employeur privé aux États-Unis avec plus d’un million et demi d’employés, de trouver « une solution juste » avec les salariées discriminées.

« Nous avons déclaré à l’EEOC que nous sommes prêts à engager une procédure de conciliation » avec toutes les plaignantes », a déclaré un porte-parole de Walmart.

Il a toutefois regretté que « dans la grande majorité des cas, les conclusions de la l’EEOC soient vagues et non précises même si nous avons demandé davantage de détails ».

Contactée par l’AFP, la commission n’a pas répondu dans l’immédiat.

Ce n’est pas la première fois que Walmart est accusée de discrimination contre les femmes. En 2001, des salariées avaient déposé une plainte en nom collectif (class action) contre l’enseigne dans laquelle elles affirmaient être moins bien payées que les hommes à des postes comparables, en dépit d’une meilleure notation et d’une plus grande ancienneté. 

Elles disaient également recevoir moins de promotions que les hommes et devoir attendre plus longtemps pour les obtenir. 

Après des victoires devant des juges d’instance et d’appel, elles avaient perdu devant la Cour suprême, saisie par Walmart, qui avait estimé en 2011 qu’il n’y avait pas une stratégie concertée de discrimination fondée sur le sexe chez Walmart.

Malgré cette décision, près de 2.000 femmes travaillant pour Walmart ont saisi l’inspection du travail pour discrimination.