/sports/others
Navigation

Avenir «très prometteur» pour le club de natation

Le départ de l’entraîneur de l’équipe a pris par surprise le président du conseil d’administration du Rouge et Or

Coup d'oeil sur cet article

Ébranlé sur le coup par le départ de Nicholas Perron, qui s’est joint au club de natation de Québec, Jean-Marie De Koninck est maintenant animé par un bel optimisme pour le Rouge et Or de l’Université Laval.

« L’avenir est très prometteur, même à court terme, a affirmé le président du conseil d’administration du Rouge et Or et entraîneur de carrière. J’ai été ébranlé et pris par surprise quand Nicholas m’a annoncé son départ, mais c’est l’occasion d’un renouveau. J’étais prêt à continuer avec lui, mais un changement peut parfois être bénéfique pour tout le monde. Nous ne sommes pas mal pris puisque plusieurs bons entraîneurs ont soumis leur candidature. »

Au-delà de son désir de retourner diriger les nageurs des groupes d’âge, Perron vivait aussi une contestation à l’interne.

« Nicholas était contesté par les sprinters, a confié De Koninck. Nicholas est un entraîneur de demi-fond et de longue distance. Les sprinters ont besoin d’un programme d’entraînement différent. Ils ont aussi besoin d’une attention additionnelle. Nicholas avait accepté de s’adapter en misant sur un programme plus inclusif et tout semblait beau avant qu’il m’annonce le 19 août qu’il partait. Il voulait retourner avec les groupes d’âge, mais je pense qu’il est resté un peu amer de cette contestation. Il n’a pas utilisé ces mots, mais j’ai compris qu’il était essoufflé et qu’il avait fait le tour du jardin. »

Recrutement

Si la récolte a été excellente cette année avec la venue de huit Français, le recrutement a été le talon d’Achille du Rouge et Or au cours des dernières saisons, comme en témoigne sa piètre récolte de deux titres sur une possibilité de 21 bannières depuis 2013. « Avec les installations incroyables que nous avons et le budget provenant de l’Opération Nez rouge, ce n’est pas normal de terminer au 3e rang du RSEQ et d’osciller entre les 8e et 9e positions au Canada. Ailleurs au Canada, ils nous regardent et se demandent pourquoi on ne fait pas mieux.

« Le recrutement cette année par l’entraîneur adjoint Emmanuel Vergé a été très bon. Il est clair que nous allons avoir les éléments pour rivaliser avec les meilleures équipes du RSEQ. J’ai beaucoup d’espoir et mon optimisme est plus grand qu’au cours des dernières années. »

Le comité de sélection se rencontrera la semaine prochaine et les entrevues suivront. Le Rouge et Or souhaite avoir quelqu’un en poste au début d’octobre.