/opinion/columnists
Navigation

Déjà une semaine de campagne

Coup d'oeil sur cet article

La campagne électorale prend son temps. Les aiguilles n’ont pas encore bougé. Il y a bien eu quelques promesses importantes des partis, mais il semble que les électeurs n’ont pas encore tout à fait la tête à la politique fédérale. Ça ne veut pas dire qu’il ne s’est rien passé, au contraire. Résumé de la première semaine.

Laïcité sur le tapis

Photo Simon Clark

♦ La laïcité s’est imposée dès le début comme thème de campagne. François Legault a demandé aux chefs fédéraux de s’engager à ne pas contester la loi 21, un message surtout dirigé vers Justin Trudeau, qui est le seul à laisser cette porte ouverte.

Au coude-à-coude

Photo Agence QMI, Toma Iczkovits

♦ Les aiguilles ont peu ou pas bougé depuis le déclenchement de la campagne. Libéraux et conservateurs sont toujours au coude-à-coude pour la tête à l’échelle nationale. Le NPD, lui, est incapable de se détacher des verts.

♦ Au Québec, les libéraux jouissent toujours d’une avance confortable sur les conservateurs, qui se font eux-mêmes chauffer par le Bloc. Malgré un bon début de campagne, le NPD de Jagmeet Singh vivote. Le Parti populaire de Maxime Bernier est toujours incapable de sortir de la marge d’erreur, ici comme dans le reste du pays.

Des promesses phares

Capture d'écran, TVA Nouvelles

♦ Au-delà des attaques, les partis en lice se sont démarqués avec quelques propositions phares. Libéraux et conservateurs souhaitent séduire le même électorat, les familles de la fameuse classe moyenne, catégorie fourre-tout à laquelle à peu près tout le monde s’identifie, même ceux qui n’en font pas partie.

♦ Allocation familiale plus généreuse pour les libéraux ; baisse d’impôt pour les conservateurs, à chacun sa recette.

♦ Le NPD, en mode survie, joue pour sa part sur le terrain du Bloc québécois, en promettant une plus grande autonomie à la province, notamment en matière environnementale.

♦ Le Bloc a quant à lui sifflé un air connu, en prenant la défense de la laïcité, des agriculteurs, et en exigeant une taxe sur les géants du web.

Des candidats sur le gril

Photo AFP

♦ Chaque campagne électorale apporte son lot de candidats, disons, imparfaits. Les conservateurs ont eu à s’expliquer plus souvent qu’à leur tour, entre autres pour les commentaires anti-francophones d’une candidate-vedette d’Ottawa.

♦ Les autres partis ne sont pas en reste. Le Parti libéral a limogé l’ex-imam Hassan Guillet pour ses propos jugés antisémites, juste avant la campagne. Le NPD et les verts ont eux aussi évincé des candidats indésirables.

Mad Max au débat

Capture d'écran, TVA Nouvelles

♦ Le chef du Parti populaire du Canada, Maxime Bernier, a obtenu contre toute attente son carton d’invitation pour les deux débats officiels. La nouvelle a provoqué déception et colère chez ses adversaires, sauf chez les libéraux qui jubilent à l’idée que Mad Max divise le vote à droite.