/finance/business
Navigation

L’Industrielle Alliance va abandonner les prêts hypothécaires

L’Industrielle Alliance va abandonner les prêts hypothécaires
Photo d'archives, Pascal Huot

Coup d'oeil sur cet article

Industrielle Alliance a décidé de se retirer du marché des prêts hypothécaires résidentiels au Québec, a appris Le Journal.

L’assureur de Québec dit avoir révisé récemment ses lignes d’affaires, et le secteur des prêts immobiliers résidentiels ne fait plus partie de ses priorités.

«Les prêts hypothécaires résidentiels représentent un très petit secteur pour l’entreprise qui ne possède qu’une part de marché minime dans ce domaine», a précisé mardi un porte-parole de iA Groupe financier, Pierre Picard.

La nouvelle a été annoncée récemment par le grand patron du groupe financier, Denis Ricard.

Le département complet affecté aux prêts hypothécaires résidentiels sera fermé. Les quelque 80 employés qui travaillent majoritairement au siège social de Québec et qui sont affectés par cette réorganisation seront redéployés à l’intérieur de l’organisation, a précisé M. Picard.

Les activités de prêts hypothécaires résidentiels cesseront ainsi de façon progressive.

Les contrats en cours avec les clients actuels continueront d’être honorés et un service à la clientèle demeurera disponible jusqu’à l’échéance de tous les contrats, a-t-on précisé.

En abandonnant le marché des prêts hypothécaires résidentiels, l’Industrielle Alliance entend se concentrer exclusivement sur les prêts hypothécaires commerciaux.

Desjardins domine

Au Québec, le marché des prêts hypothécaires résidentiels est dominé largement par le Mouvement Desjardins, selon les données de la JLR.

L’an dernier, Desjardins possédait 42 % des parts de marché en matière de nombre d’hypothèques publiées servant à l’acquisition d’une propriété.

Dans le marché résidentiel, le deuxième plus important prêteur au Québec est la Banque Nationale qui détenait 12 % des parts de marché en 2018.

À elles seules, les sept grandes banques canadiennes et Desjardins se partageaient l’an dernier plus de 87 % des parts de marché des prêts hypothécaires résidentiels en sol québécois.