/entertainment
Navigation

Margaret Atwood perd son conjoint

Margaret Atwood accompagnée de Graeme Gibson
Photo d'archives, AFP Margaret Atwood accompagnée de Graeme Gibson

Coup d'oeil sur cet article

L’écrivaine canadienne Margaret Atwood, en pleine tournée de promotion pour son nouveau roman, Les Testaments, qui sortira en octobre en version française, vient de perdre son conjoint, l’écrivain primé Graeme Gibson.

Dans un communiqué en anglais, la maison d’édition Penguin Random House Canada a annoncé la triste nouvelle. «Nous sommes profondément attristés par le décès d’un auteur adoré et distingué. Graeme était l’ami de plusieurs générations d’écrivains canadiens. À titre de membre fondateur du Writers’ Trust of Canada et du Writers’s Union of Canada, il a profondément influencé la vie des écrivains canadiens. Nous sommes reconnaissants de l’héritage qu’il nous lègue, et qui continuera de s’épanouir, et de nos propres expériences de travail avec lui. C’était un vrai gentleman et son esprit et son élégance ont touché tous ceux qui l’ont connu», a commenté Kristin Cochrane, président directrice-générale de la maison d’édition.

Né le 9 août 1934 à London, en Ontario, Graeme Gibson était l’auteur des romans Five Legs, Communion, Perpetual Motion et Gentleman Death. Il était aussi le président de PEN Canada, et membre de l’Ordre du Canada. Environnementaliste engagé, il était membre du conseil d’administration de World Wildlife Fund Canada et de la Pelee Island Bird Observatory.

Il était le conjoint de Margaret Atwood depuis plusieurs décennies et habitait avec elle à Toronto. Cette dernière, prenant la parole au nom de la famille, a écrit ceci : «Nous sommes dévastés par le décès de Graeme, un père, un grand-père et un époux adoré, mais nous sommes heureux qu’il ait pu avoir faire la sortie rapide qu’il souhaitait, évitant ainsi un déclin lié à la démence, ce qu’il redoutait. Ses dernières semaines ont été agréables, et il nous a quittés dans l’amour, l’amitié et l’appréciation. Nous sommes reconnaissants pour la vie qu’il a menée, sage, éthique et engagée.»

Margaret Atwood est l’auteure de nombreux romans primés, dont La Servante écarlate, publiée en 1985 dans sa version originale anglaise. Le roman a été adapté en série télévisée.