/qubradio
Navigation

Martin Damphousse, troisième parmi les maires les mieux payés au Québec, défend son salaire

QMI_qmi__1311032343002
PHOTO D'ARCHIVES, AGENCE QMI Le maire de Varennes, Martin Damphousse

Coup d'oeil sur cet article

Martin Damphousse, maire de Varennes et troisième parmi les maires les mieux payés au Québec, défend son salaire: 191 673$ pour une ville de près de 21 000 habitants.

«Est-ce que vous savez le salaire du maire de Varennes par la Ville de Varennes? C’est 82 000$. Est-ce que c’est exagéré? La réponse, c’est non», a lancé M. Damphousse à l’émission Dutrizac, à QUB radio, mercredi.   

Le maire de Varennes a expliqué qu’il a «deux nouvelles fonctions depuis 2018», qu’il est «maintenant l’élu qui représente l’ensemble de la “couronne sud”, 40 municipalités», ce qui «amène un salaire additionnel de 35 000$». De plus, il est «membre du CA de l’ARTM [Autorité régionale de transport métropolitain]», ce qui expliquerait, selon lui, que son salaire soit plus élevé que celui de la mairesse de Montréal, Valérie Plante, qui s’occupe d’une ville dont la population est 81 fois plus grande que celle de Varennes.  

ÉCOUTEZ l’entrevue de Martin Damphousse, maire de Varennes, sur QUB radio:  

  

Benoît Dutrizac a mentionné qu’il gagnait ainsi «presque autant que le premier ministre», mais que, malgré ça, il ne semblait «pas écouter les citoyens», faisant allusion aux Varennois qui dénoncent que la Ville ait permis le dézonage d’une partie du parc Saint-Charles pour la construction d’unités résidentielles.  

Mardi, en entrevue à l’émission Dutrizac, Marcel Leduc, citoyen de Varennes, affirmait que les résidents n’avaient aucunement été écoutés lors de la séance de consultation tenue en juin dernier.   

«Au contraire, nous l’avons fait. J’écoute M. Leduc et, malheureusement, il y a beaucoup de mensonges là-dedans», s’est défendu M. Damphousse avant de poursuivre: «La loi oblige la consultation publique, ce qu’on a fait. Est-ce que tout le monde [l'a] su et [...] vu? La réponse, c’est non, mais on a respecté la loi.» 

Concernant la pétition de quelque 2500 noms qui circule, contre le projet de construction résidentielle dans le parc Saint-Charles, à Varennes, M. Damphousse a expliqué qu’il ne pouvait plus reculer.   

«M. Dutrizac, vous savez très bien, comme moi, si vous signez une offre d’achat d’une maison et que c’est consigné, vous ne pouvez pas, demain matin, vous retirer sans conséquence», a-t-il ajouté.  

«Oui, mais ça, c’est pas le problème des citoyens, si vous signez des affaires, M. Damphousse, sans consulter vos citoyens. C’est vous qui avez causé le problème, c’est pas les citoyens», a conclu Benoît Dutrizac.

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions