/news/politics
Navigation

Nomination à l’UPAC: rien pour redonner confiance

Le PLQ se dit déçu du processus de nomination du patron de l’UPAC

Coup d'oeil sur cet article

Mal parti, le processus de sélection du futur patron de l’UPAC ne contribue pas jusqu’ici à rétablir la confiance de la population envers la police, estime le Parti libéral du Québec.

Le choix du gouvernement Legault pour diriger l’escouade chargée de lutter contre la corruption fait des mécontents dans l’opposition.

Frédérick Gaudreau est un policier de carrière, alors que les péquistes et les solidaires réclamaient un civil pour redorer le blason de l’organisation qui a été malmenée dans les derniers mois.

« De la manière dont c’est parti, on n’est pas en train de redonner confiance à la population », a fait valoir mercredi le leader parlementaire libéral, Marc Tanguay, à l’Assemblée nationale.

L’opposition officielle, qui déplore que le nom de l’aspirant commissaire ait été rendu public, attendra de le rencontrer avant de décider d’appuyer ou non sa candidature.

Un appui dont a bien besoin le gouvernement Legault, qui doit avoir le soutien d’au moins un parti d’opposition pour entériner la nomination de Gaudreau à la tête de l’UPAC.

Pas de « joute politique »

La ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, s’est exprimée mercredi à l’entrée du caucus de la CAQ, au Parlement.
Photo Simon Clark
La ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, s’est exprimée mercredi à l’entrée du caucus de la CAQ, au Parlement.

Geneviève Guilbault a d’ailleurs jugé bon mercredi de lancer un appel à la collaboration. La ministre de la Sécurité publique a demandé à l’opposition d’éviter de politiser ce dossier, qui est on ne peut plus délicat.

« Je m’attends à ce que tout le monde évite de tomber dans une joute politique, à ce que tout le monde s’élève au-dessus de la partisanerie, et ce, dans l’intérêt supérieur de l’UPAC, dans l’intérêt supérieur de la confiance du public à l’endroit de l’UPAC », a-t-elle déclaré à l’entrée de la réunion quotidienne des élus caquistes.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

 

Pas de seconde candidature

La ministre refuse toutefois de soumettre une seconde candidature aux autres partis, comme le réclament les solidaires.

Selon le député Alexandre Leduc, un choix entre deux aspirants commissaires permettrait de prendre une véritable décision éclairée. « On est proche du rubber stamping, c’est oui ou non », a-t-il déploré.

Le député solidaire d’Hochelaga-Maisonneuve a réitéré sa préférence pour un candidat qui n’est pas issu du milieu policier.

« On n’est pas contents du choix qui nous est déposé, mais on n’en faisait pas une condition sine qua non, donc la porte est ouverte, on va devoir être convaincus, et mettons que la pente est abrupte », a insisté M. Leduc.

Depuis 2017, le Parti québécois demande à ce que le poste de commissaire à l’UPAC soit occupé par un civil. « Il n’y a pas de surprise, nos intentions sont claires », a soutenu le chef intérimaire Pascal Bérubé.

Ce dernier ne rejette pas d’emblée la candidature de Frédérick Gaudreau. « Ça se peut qu’on soit en faveur, mais il faudrait qu’on nous prouve qu’aucun civil au Québec n’est capable de faire le travail », a-t-il insisté.