/sports/hockey/remparts
Navigation

Le nouveau capitaine des Remparts présent pour le premier match

Retranché par les Islanders de New York, Félix Bibeau sera en uniforme vendredi

Après trois saisons à Rouyn-Noranda, Félix Bibeau est débarqué à Québec en août dernier, pour le camp d’entraînement. Après un séjour chez les Islanders de New York, le vétéran jouera son premier match dans l’uniforme des Remparts vendredi soir.
Photo d’archives, Jean-François Desgagnés Après trois saisons à Rouyn-Noranda, Félix Bibeau est débarqué à Québec en août dernier, pour le camp d’entraînement. Après un séjour chez les Islanders de New York, le vétéran jouera son premier match dans l’uniforme des Remparts vendredi soir.

Coup d'oeil sur cet article

La nouvelle est tombée un peu plus tôt que prévu et ce n’est assurément pas les Remparts de Québec qui vont s’en plaindre. L’équipe a appris mercredi après-midi que son futur capitaine, Félix Bibeau, avait été retranché par les Islanders de New York et qu’il serait présent pour le premier match de la saison, vendredi soir à Victoriaville.

L’attaquant de 20 ans a été un choix de sixième ronde des Isles lors du dernier repêchage de la LNH et il n’était pas clair encore si la formation de Long Island prévoyait lui donner la chance de se faire valoir à son camp de la Ligue américaine, avec les Sound Tigers de Bridgeport.

Un pilier

Bibeau avait notamment inscrit un but lors d’un match contre les Flyers de Philadelphie au tournoi des recrues, tenu il y a une semaine. Invité ensuite au camp principal de l’équipe, il a pris part au match hors concours de mardi dernier, encore une fois contre les Flyers.

L’arrivée de Bibeau se veut un ajout de taille pour la formation de Patrick Roy. À 20 ans, il agira à titre de premier centre de l’équipe et il devrait être nommé capitaine de la formation dans les prochaines heures, comme Patrick Roy l’avait annoncé mardi. À ce moment, même lui ne semblait pas se douter que Bibeau serait de retour puisqu’il avait déjà mentionné qu’Andrew Coxhead et Darien Kielb seraient les deux seuls joueurs à porter une lettre sur leur chandail vendredi à Victoriaville.

Le centre gaucher devrait pivoter une unité complétée par l’attaquant de 18 ans Pierrick Dubé ainsi que le prometteur attaquant de 16 ans James Malatesta. Il sera aussi un membre fort important du groupe de vétérans de l’équipe, avec Coxhead et Kielb, entre autres.

«Je pense qu’on a un noyau de vétérans de loin supérieur à ce que les gens peuvent penser. Ce sera très intéressant de voir notre combinaison de jeunes et de joueurs plus vieux», avait mentionné Roy mercredi matin, avant de savoir qu’il pourrait compter sur les services de Bibeau pour le premier match de l’année.

Acquis l’été dernier pour compléter la transaction qui avait envoyé Louis-Filip Côté aux Huskies de Rouyn-Noranda l’an dernier, Bibeau a inscrit 69 points en 63 parties la saison dernière avec la formation abitibienne, en plus d’en ajouter 29 en 20 matchs éliminatoires. Il rejoindra l’équipe jeudi.

L’apport de Sergeev

Si Bibeau aura un rôle important à jouer en attaque avec les Remparts cette saison, il ne sera assurément pas le seul. Parmi les autres joueurs qui devront produire en attaque, nul doute qu’il faut penser au Russe Aleksei Sergeev.

Ce dernier avait connu une fin de saison fort difficile l’an dernier, mais Patrick Roy demeure optimiste dans le cas de son ailier de 19 ans.

«On veut qu’il soit meilleur pour protéger sa rondelle. On lui demande une meilleure implication physique et ça ne veut pas dire de distribuer des mises en échec percutantes. Ça doit être plus difficile de lui enlever la rondelle et on aimerait qu’il soit plus menaçant dans les endroits restreints pour générer des chances de marquer. Je dois toutefois avouer que j’ai été emballé par son match à Drummondville [le 6 septembre]. Si sa saison est à l’image de ce match, il devrait connaître une bonne année.»

Un plaisir renouvelé pour Roy

Patrick Roy entamera sa 10e saison en tant qu’entraîneur-chef des Remparts de Québec, vendredi soir à Victoriaville et, même s’il s’est rapproché d’un deuxième séjour dans la LNH l’été dernier, il assure une chose : il a encore autant de plaisir à diriger la formation junior québécoise.

Roy avait fait partie des candidats rencontrés par les Sénateurs d’Ottawa en mai dernier pour le poste d’entraîneur-chef de l’équipe, mais, finalement, c’est D. J. Smith qui avait décroché le poste. À l’entendre parler, il ne s’agira pas d’un fardeau pour lui, cette année, de diriger une équipe de la LHJMQ.

«Ce que j’aime du junior, c’est d’avoir l’opportunité de cumuler les fonctions d’entraîneur-chef et de directeur général. J’éprouve beaucoup de satisfaction à pouvoir bâtir une équipe et créer un groupe qu’on pense pourra nous aider à gagner une Coupe Memorial un jour. Au Colorado, j’ai eu la chance d’être bien entouré et je me considère encore plus chanceux aujourd’hui de travailler avec Martin Laperrière, Benoit Desrosiers, Pascal Lizotte et David Rodrigue. Je dois mettre un manteau de plus parce que je suis moins actif et j’ai plus froid sur la patinoire», a blagué Roy en faisant référence aux responsabilités accrues de ses adjoints.

«Je vais être entraîneur tant et aussi longtemps que je vais avoir du plaisir à venir à l’aréna et présentement j’en ai. Je vis une très belle situation en étant chez nous avec une qualité de vie que j’adore. Je suis bien entouré et j’ai beaucoup de plaisir à travailler avec mon équipe.»

Un plateau à portée

Roy n’est qu’à 25 victoires du plateau des 400 dans la LHJMQ, une marque qui le placerait au dixième rang des entraîneurs ayant le plus de victoires dans l’histoire de la ligue. Cet accomplissement personnel est toutefois loin d’être une priorité pour l’entraîneur des Remparts de Québec.

«Ce n’est pas quelque chose auquel je pense. Je me considère simplement chanceux d’avoir des gens qui croient en moi, dont Jacques Tanguay. Pour moi, de travailler en équipe a une signification très importante. Surtout lors de mon premier séjour avec l’équipe, on a réussi à bâtir des équipes compétitives année après année et ça ne se fait pas seul», a-t-il mentionné, mercredi, au terme de l’entraînement de son équipe au Pavillon de la Jeunesse.