/sports/hockey
Navigation

Un nouveau maître à bord

Dirigés par Quenneville, les Panthers croient en leurs chances de participer aux séries

SPO-CANADIENS-PANTHERS
Photo Agence QMI, Marc Grandmaison Joel Quenneville entend guider les Panthers vers les séries éliminatoires.

Coup d'oeil sur cet article

BATHURST | Congédié le 6 novembre 2018 par les Blackhawks de Chicago, après trois conquêtes de la coupe Stanley et un règne de près de 11 saisons, Joel Quenneville a rapidement rebondi. Le 8 avril dernier, il a accepté le poste d’entraîneur en chef des Panthers de la Floride.

Le retour de l’homme à la moustache blanche derrière un banc de la LNH n’avait rien d’une surprise. C’était écrit dans le ciel qu’il reviendrait. Mais il avait le loisir de patienter et d’attendre la bonne occasion.

Quenneville a sauté dans l’aventure des Panthers pour des raisons bien logiques. Il y a la proximité avec Dale Tallon, l’un de ses anciens directeurs généraux avec les Hawks, mais aussi la présence d’une très bonne équipe sur papier.

« Nous croyons vraiment en cette équipe, a dit Quenneville après l’entraînement matinal des Panthers à Bathurst, mercredi. Il y a un noyau très fort de bons jeunes joueurs. Barky (Aleksander Barkov) est un joueur spécial, il peut faire une énorme différence. Et nous avons d’autres bons joueurs qui peuvent monter leur jeu d’un cran. Nous devrons trouver une façon de participer aux séries. Mais nous jouons dans une très bonne division et association. Il s’agira d’un beau défi.

« Je me retrouve dans l’Association de l’Est pour la première fois, a-t-il continué. J’aurai la chance de diriger une équipe qui peut cogner à la porte des séries. Nous voulons construire de bonnes bases. »

Grosses acquisitions

L’objectif d’une participation aux séries revenait dans toutes les discussions. Quenneville en a parlé, tout comme l’ont fait Aleksander Barkov, Mike Hoffman et Michael Matheson.

Les Panthers ont démontré leur sérieux au cours de l’été en posant des gestes majeurs. Ils ont d’abord indiqué la porte de sortie à Bob Boughner pour le remplacer par un entraîneur de renom.

Le 1er juillet, les Panthers ont également sorti leur chéquier en attirant le meilleur gardien sur le marché des joueurs autonomes, Sergei Bobrovsky. L’ancien des Blue Jackets de Columbus a paraphé un contrat de 7 ans et 70 millions.

« La position de gardien est tellement importante, a noté Quenneville. Le gardien dicte souvent le sort d’un match. Quand tu as un gardien d’élite, tu as un souci de moins. Tu sais qu’il fera le travail tous les soirs et qu’il donnera confiance à ses coéquipiers. Bob (Bobrovsky) est tout un compétiteur. »

Plus d’attentes

À 24 ans et à l’aube de sa septième saison dans la LNH, Barkov a maintenant assez d’expérience pour gérer la pression.

« Oui, il y a plus d’attentes, a noté le jeune capitaine. Mais je trouve que c’est parfait ainsi. Les gens reconnaissent notre talent, ils savent que nous sommes assez bons pour connaître du succès et participer aux séries. Ils s’attendent à une participation aux séries. Je dirais toutefois que nous avons encore de plus grandes attentes pour notre équipe. Nous savons que nous formons un bon groupe. C’est notre temps maintenant. »

« Nous savons tous ce que Joel a accompli à Chicago, a poursuivi le Finlandais. Nous aimerions recréer ça avec les Panthers. Mais ce sera à nous de le faire. Joel implantera son système, mais nous devrons accomplir le travail. Nous aurons besoin de franchir la prochaine étape. »