/news/health
Navigation

Un premier cas de maladie pulmonaire lié au vapotage au Canada

Coup d'oeil sur cet article

Les autorités de la santé de London, en Ontario, estiment avoir identifié un premier cas de maladie respiratoire lié au vapotage au pays, après la découverte de quelques centaines de cas aux États-Unis.

La semaine dernière, le Bureau de santé de Middlesex-London a pris connaissance du cas d'un adolescent fréquentant l'école secondaire aux prises avec de graves problèmes pulmonaires.

Le jeune a dû être hospitalisé aux soins intensifs et être branché à un respirateur artificiel pour le maintenir en vie. Il a depuis pu rentrer chez lui et récupère tranquillement à son domicile.

«Nous avons pu déterminer, cette semaine, [...] que ce cas rencontre la définition nationale d'une maladie pulmonaire associée au vapotage», a expliqué le docteur Chris Mackie, qui dirige le Bureau de santé, lors d'un point de presse mercredi.

En faisant enquête, les médecins n'ont pu déterminer aucune cause pour cette maladie, comme un cancer ou une infection. «La seule problématique identifiée était le vapotage et la cigarette électronique», a assuré le docteur Mackie.

«C'est important de souligner qu'il y a des limites à la science. Plusieurs des produits chimiques utilisés dans les cigarettes électroniques n'ont pas été testés pour leur impact sur la santé», a également mentionné le médecin, en reconnaissant que «la façon que les cigarettes électroniques causent ces maladies n'est pas connue».

Des centaines de malades

Aux États-Unis, quelque 380 cas de personnes tombées malades à cause du vapotage avaient été répertoriés par les Centres de prévention et contrôle des maladies, en date du 11 septembre. Six décès avaient aussi été rapportés dans autant d'États. Le premier d'entre eux a été annoncé le 23 août dernier.

Le gouvernement du président américain Donald Trump a réagi la semaine dernière en annonçant qu'il comptait interdire, d'ici quelques mois, la vente de liquides de vapotage aromatisés, afin de tenter de réduire l'attrait de ces produits chez les jeunes.

Pour sa part, Santé Canada avait lancé un avertissement aux Canadiens au début du mois. Les utilisateurs de cigarettes électroniques devraient «surveiller l’apparition chez eux de symptômes de maladie pulmonaire (p. ex. toux, essoufflement, douleur thoracique) et consulter un médecin sans tarder s’ils ont des préoccupations relatives à leur santé», avait écrit le ministère dans un avis publié le 6 septembre.

Santé Canada avait précisé qu'aucun cas de maladie pulmonaire lié au vapotage n'avait encore été répertorié au pays.

Attrayantes

Présentés comme une alternative à la cigarette traditionnelle, les dispositifs de vapotage «échappent aux lois sur le tabac», a déploré Linda Stobo, qui dirige de l'unité de contrôle du tabagisme du Bureau de santé de Middlesex-London. Celle-ci observe que les cigarettes offrent une vaste panoplie de formes, de tailles, de couleurs et de saveurs qui les rendent attrayantes pour les jeunes.

La majorité des victimes aux États-Unis sont d'ailleurs des jeunes. Par contre, tous ceux qui sont décédés étaient d'âge adulte, ont précisé les autorités sanitaires.

«Le message vraiment important que l'on devrait partager avec les jeunes, c'est que s'ils ne fument pas, ils ne devraient pas vapoter», a-t-elle affirmé.