/sports/football/rougeetor
Navigation

Une rencontre profitable

Rayé de l’alignement au dernier match, Samuel Maranda-Bizeau a eu une bonne discussion avec Glen Constantin

Samuel Maranda-Bizeau
Photo d’archives, Jean-François Desgagnés Samuel Maranda-Bizeau a dû céder sa place lors du dernier match même s’il est le joueur de ligne défensive qui a vu le plus d’action au cours des deux dernières saisons chez le Rouge et Or.

Coup d'oeil sur cet article

Laissé de côté lors du match de samedi dernier face aux Carabins de l’Université de Montréal, le vétéran plaqueur Samuel Maranda-Bizeau avait retrouvé sa place au sein du premier groupe, mercredi, au retour au boulot du Rouge et Or de l’Université Laval.

« Ça ne veut rien dire en prévision du prochain match, mais ça montre que les entraîneurs ont confiance, a raconté Maranda-Bizeau. La différence entre les vétérans et les recrues n’est pas assez grande, et c’est pourquoi on a droit à des batailles aussi serrées. Tout le monde se pousse et le groupe sera meilleur à la fin de l’année. »

Avant de sauter sur le terrain, le produit du CNDF a rencontré l’entraîneur-chef et responsable de la ligne défensive Glen Constantin. « Cette rencontre m’a fait du bien, a-t-il exprimé. Quand je suis sorti du bureau à Glen, un poids a disparu de mes épaules. Parfois on imagine des fausses idées et cette rencontre a permis de mettre des choses au clair. »

Pas de traitement de faveur

Joueur de ligne défensive qui a vu le plus d’action au cours des deux dernières années parmi ses coéquipiers, Maranda-Bizeau n’a pas eu droit à un traitement de faveur en raison de son statut de vétéran.

« C’est difficile de rater un match, surtout une partie importante comme celle contre Montréal, mais c’est la preuve que la promesse de Glen, quand il nous recrute, que nous aurons la chance de compétitionner chaque semaine tient toujours, a-t-il raconté.

« Parce que je commets les mêmes erreurs techniques que les recrues même si j’en suis à ma troisième saison, Glen a décidé d’y aller avec les jeunes et ce fut une bonne décision. C’est difficile de ne pas jouer, mais c’est le genre de truc que ça prend pour me réveiller et retrouver le bon état d’esprit. »

« Luttes serrées »

Constantin a aimé l’attitude de Maranda-Bizeau, mercredi, à l’entraînement. « Il a connu un très bon entraînement, et j’ai aimé son attitude, a mentionné le pilote lavallois. Dans le cas de Samuel, le problème n’est pas l’effort, mais la production. »

Constantin confirme que la bataille se poursuit pour les quatre postes de partant.

« Les luttes sont serrées et on doit être juste et équitable dans les opportunités offertes. Il n’y a personne qui a mérité un poste incontesté de partant. »

Des ratés chez les botteurs

Pour la première fois en trois ans, David Côté a effectué des bottés de dégagement dans un match régulier.

Insatisfait de la performance de Dominic Lévesque lors de la première demie du match contre les Carabins, le coordonnateur des unités spéciales Mathieu Bertrand a apporté un changement au milieu du deuxième quart.

« Nous avons le luxe d’avoir deux bons botteurs en uniforme et on doit apporter des changements quand l’un des deux connaît un moins bon match, a raconté Bertrand. En raison des forts vents, les conditions n’étaient pas idéales pour performer. Dominic a eu trois mauvais dégagements contre le vent. Les bottés étaient courts, mais aussi mal positionnés. »

Côté a pris la relève, mais Lévesque a terminé la rencontre en effectuant deux très bons bottés en fin de match. « La compétition est saine et c’est à recommencer chaque semaine, a indiqué l’ancien quart-arrière étoile du Rouge et Or et centre arrière des Eskimos d’Edmonton. David n’avait pas botté depuis trois ans et il se pressait. Il n’a pas botté comme il en est capable. »

« Je n’ai pas hésité à ramener Dominic, ajoute Bertrand. Il a réussi deux bons bottés contre le vent. La profondeur et la précision étaient au rendez-vous. »

Pourrait-on voir Vincent Blanchard dans l’alignement, dimanche contre McGill, pour la première fois de la saison ?

« Vincent s’entraîne fort, mais il a moins d’expérience que les deux autres, a précisé le coordonnateur des unités spéciales. Vincent possède un grand potentiel, mais il a plus de travail à faire. »

Une pause appréciée

Contrairement à l’horaire initial, les joueurs ont eu droit à deux congés après le match contre les Carabins.

« Les gars de Montréal ont pu demeurer dans leur famille une journée de plus et tout le monde a eu droit à une pause plus longue, a souligné l’entraîneur-chef Glen Constantin. Mardi, lors de la session de course, l’ambiance était bonne et nous avons eu un bon entraînement aujourd’hui (mercredi). Le moral est bon et ce n’est pas la première fois qu’on perd contre Montréal. »