/world/usa
Navigation

Audition au Congrès après un signalement d’un lanceur d’alerte impliquant Trump

Audition au Congrès après un signalement d’un lanceur d’alerte impliquant Trump
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Washington | Un haut responsable du renseignement américain était interrogé jeudi par des élus du Congrès sur un signalement effectué par un lanceur d’alerte qui, selon le Washington Post, s’est inquiété de certains échanges entre Donald Trump et un dirigeant étranger.

Le lanceur d’alerte, lui-même membre des services de renseignement, a trouvé particulièrement préoccupante une «promesse» faite par le président américain à ce dirigeant étranger, dont l’identité n’est pas précisée par le quotidien.  

Le fonctionnaire a effectué, le 12 août, un signalement officiel auprès de l’inspecteur général des services de renseignement, Michael Atkinson, qui a alors considéré que la sensibilité de l’affaire imposait une notification urgente au Congrès. 

M. Atkinson était donc entendu jeudi à huis clos par la puissante commission du renseignement de la Chambre des représentants, où les démocrates sont majoritaires. 

Ce haut responsable, chargé de traquer d’éventuels abus dans les services de renseignement, «a accepté» d’être interrogé sur «la manière dont a été géré un signalement émanant d’un lanceur d’alerte», a précisé le démocrate Adam Schiff, qui préside cette commission, dans un communiqué. 

Donald Trump a réagi jeudi en dénonçant un «harcèlement présidentiel».  

«Quasiment chaque fois que je parle au téléphone à un dirigeant étranger, je suis conscient qu’il y a de nombreuses personnes de différentes agences américaines qui peuvent être à l’écoute, sans mentionner celles de l’autre pays en question. Pas de souci!», a-t-il tweeté. 

«Sachant cela, peut-on être assez stupide pour croire que je dirais quelque chose de regrettable à un dirigeant étranger?», a-t-il poursuivi. 

Le quotidien souligne que Donald Trump s’est entretenu par téléphone avec le président russe, Vladimir Poutine, le 31 juillet. Pendant l’été, il a également échangé par courrier avec le leader nord-coréen, Kim Jong Un, et il a reçu à la Maison-Blanche les dirigeants du Pakistan, des Pays-Bas et du Qatar. 

Le signalement du lanceur d’alerte a entraîné un bras de fer entre la Commission parlementaire et le directeur par intérim du renseignement national, Joseph Maguire. 

Arrivé le 15 août à ce poste de supervision de la CIA, de la NSA et des autres agences du renseignement, M. Maguire a été saisi neuf jours plus tard par l’inspecteur général. 

Celui-ci «jugeait que le signalement était à la fois crédible et urgent, et qu’il devait être transmis au Congrès en respect de la loi», a précisé M. Schiff dans son communiqué. Mais, selon lui, Joseph Maguire a refusé de le transmettre aux parlementaires. 

Adam Schiff a alors convoqué MM. Atkinson et Maguire devant sa commission. Ce dernier sera entendu jeudi prochain lors d’une séance publique.  

Donald Trump a des relations compliquées avec la communauté du renseignement depuis son élection, et il s’est souvent trouvé en désaccord avec ses responsables.