/sports/hockey/remparts
Navigation

Félix Bibeau prêt à contribuer avec les Remparts

Le capitaine n’a aucun regret de ce qu’il a offert au camp des Islanders de New York

Félix Bibeau, ici lors de la séance de repêchage au Centre Vidéotron en juin dernier, tentera d’apporter son expérience avec la jeune équipe des Remparts de Québec.
Photo d’archives Félix Bibeau, ici lors de la séance de repêchage au Centre Vidéotron en juin dernier, tentera d’apporter son expérience avec la jeune équipe des Remparts de Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Félix Bibeau ne se le cache pas, son objectif en début de saison était de se tailler une place avec les Sound Tigers de Bridgeport, le club-école des Islanders de New York. Finalement retranché par les Isles avant même d’avoir pu participer au camp de la Ligue américaine de hockey, mercredi après-midi, le centre de 20 ans l’assure : sa tête est maintenant à 100 % avec les Remparts de Québec.

Bibeau a rejoint ses coéquipiers de la LHJMQ jeudi après-midi et le nouveau capitaine des Diables rouges sera en uniforme vendredi soir pour le premier match de la saison de sa nouvelle équipe, à Victoriaville contre les Tigres.

«J’ai rencontré (le directeur général des Islanders) Lou Lamoriello et il m’a dit que j’avais un avenir dans le hockey et que j’étais une bonne personne. C’est ce qu’ils recherchent chez les Islanders. Maintenant, je veux revenir à Québec et si je travaille fort, ça va bien se passer je suis certain. En août, c’était un peu plus dur d’avoir juste la tête à Québec parce que mon but était de jouer dans la Ligue américaine. Maintenant, je vais être à 100 % à Québec et je veux qu’on ait une bonne saison, qu’on progresse en tant qu’équipe et que je progresse en tant que joueur», a-t-il raconté au bout du fil, jeudi.

UNE AFFAIRE DE CONTRATS

À ses yeux, le choix de sixième ronde de la formation new-yorkaise lors du dernier repêchage de la LNH a donné tout ce qu’il avait lors du camp des Islanders.

«J’ai connu un bon camp et je n’ai pas de regrets. Les Islanders m’ont dit de revenir dans le junior et d’être un leader pour les Remparts tout en continuant de m’améliorer en travaillant fort.»

Ce n’est pas parce qu’il n’a pas fait le travail que les Islanders n’ont pas envoyé Bibeau au camp de leur club-école. C’est davantage pour une question administrative qu’il était préférable pour eux de ne pas offrir un contrat à Bibeau dès cette saison.

C’est du moins ce qu’a expliqué Lamoriello à Patrick Roy lors d’une conversation téléphonique mercredi.

«Il (Lamoriello) était super content de lui et il m’a dit qu’il avait bien fait ça. Par contre, ça devenait une question de contrats. Ils en ont 47 et ont droit à un maximum de 50. Si un joueur de 20 ans signe, il compte pour un contrat. C’était une situation délicate pour eux. Félix était prêt aux deux éventualités soit celle de jouer professionnel ou celle de revenir junior. De notre côté, on est super content de le voir revenir.»

UNE BONNE NOUVELLE

Bibeau aura un rôle prépondérant à jouer avec l’équipe cette saison et Patrick Roy estime qu’il cadre exactement dans l’identité que les Remparts de Québec veulent avoir. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il portera le «C» sur son chandail.

«Il a gagné et dès son arrivée, il avait une prestance et il amenait une dynamique dont on a besoin. La culture qu’on essaie d’inculquer à notre équipe, soit celle d’une équipe qui travaille, Félix l’a. C’est un gars qui est aujourd’hui le joueur qu’il est parce qu’il travaille fort. Ce qu’il a appris à Rouyn-Noranda, on aimerait qu’il le transmette à nos jeunes.»

Place à la saison régulière

C’est bien beau, les matchs intra-équipes ou hors-concours, mais c’est vendredi soir que ça commence officiellement pour les Remparts de Québec, qui affronteront les Tigres de Victoriaville.

Il s’agira d’un baptême du jeu pour plusieurs jeunes joueurs de l’organisation, dont les choix de première ronde au dernier repêchage Nathan Gaucher et Jacob Melanson, ainsi que le défenseur Charle Truchon et le talentueux attaquant James Malatesta.

Roy a d’ailleurs réuni ses troupiers au centre de la patinoire jeudi au terme de l’entraînement matinal afin de s’assurer que ses jeunes joueurs approchent ce début de saison avec davantage de fébrilité que de nervosité.

«C’est possible qu’il y ait un peu de nervosité qui entre en ligne de compte, a-t-il indiqué. D’un autre côté, on a plusieurs joueurs qui sont de retour de l’an passé. Je me dis qu’on doit composer avec ça et essayer d’utiliser cette nervosité pour simplifier notre jeu et jouer un bon match. Quand on est nerveux, la pire erreur qu’on puisse faire est d’essayer de trop en faire. Il faudra garder ça le plus simple possible.»

EN BREF

Certains jeunes auront d’ailleurs des rôles accrus dès le départ. Comme prévu depuis un moment, Malatesta fera ses débuts dans la LHJMQ au sein de ce qui peut être considéré comme le premier trio de l’équipe, avec le capitaine Félix Bibeau et Pierrick Dubé.

La deuxième unité devait être composée d’Andrew Coxhead, Anthony Gagnon et Yu Sato, mais l’attaquant japonais aura besoin d’un peu de temps de convalescence supplémentaire pour soigner une blessure à un poignet. Il devrait être en uniforme vendredi prochain pour la rentrée à domicile de l’équipe au Centre Vidéotron.

Durant l’absence de Sato, ou du moins pour le match de vendredi soir, c’est Gabriel Montreuil qui patrouillera dans l’aile gauche avec Coxhead et Gagnon.

Le troisième trio sera composé d’Aleksei Sergeev, Édouard St-Laurent et Thomas Caron, tandis que Gaucher pivotera la quatrième unité alors que Melanson, Tommy Luneau et Xavier Filion compléteront en rotation ce trio.

Anthony Pagliarulo obtiendra quant à lui son premier départ de la saison. Roy a d’ailleurs eu de bons mots à son endroit jeudi.

«Pag, c’est son éthique de travail qui fait qu’il se démarque. C’est un gars qui se bat devant son filet et c’est ce qui fait qu’aujourd’hui, il a la chance d’être notre gardien numéro un», a-t-il louangé.