/news/politics
Navigation

Fuites de données: pas de comparution en commission parlementaire pour Desjardins et Revenu Québec

Coup d'oeil sur cet article

Ce n’est pas de sitôt que Desjardins et Revenu Québec comparaîtront en commission parlementaire : le gouvernement caquiste a refusé une fois pour toutes de donner suite au mandat d’initiative sur les fuites de données réclamé par les oppositions.

Pour la troisième fois depuis le retour de la pause estivale, les négociations qui devaient permettre la tenue d’auditions à l’Assemblée nationale en lien avec les fuites de données mises au jour ces dernières semaines se sont soldées par un échec.

Le gouvernement préférait s'en tenir aux institutions privées concernées, mais les oppositions voulaient en profiter pour entendre Revenu Québec et le Conseil du trésor.

« On a été conviés à un dîner de cons numéro deux », a pesté la députée libérale Marwah Rizqy, à la sortie d’une réunion de la commission des institutions.

« C’est une fin de non-recevoir », a résumé à son tour le député solidaire Vincent Marissal. Il a accusé l’aile parlementaire caquiste d’avoir envoyé le député de Vachon, Ian Lafrenière, « en mission pour torpiller la demande des partis d’opposition ».

« Les gens qui nous écoutent, ils ne veulent pas entendre qu’on s’est chicanés, [...] qu’on ne s’est pas entendus. Ce qu’ils veulent, c’est des résultats. Alors notre décision, comme gouvernement, c’est de présenter des projets de loi », a expliqué M. Lafrenière, devant la presse parlementaire.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

 

Projets de loi

« Je ne désespère pas », a indiqué de son côté le député péquiste Martin Ouellet, qui a demandé la tenue d’une nouvelle rencontre afin de trouver un « passage mitoyen ».

Québec prévoit prochainement déposer un projet de loi visant à obliger les agences de crédit à offrir l’outil du verrou, et un autre sur la protection des données personnelles. Il faudra attendre le dépôt de ces projets de loi avant que des groupes concernés soient convoqués à l’Assemblée nationale.

Si l’enjeu est si « urgent » pour le gouvernement, « pourquoi ne pas déposer un projet de loi cette semaine », a proposé l’ex-ministre des Finances libéral, Carlos Leitao.