/opinion/columnists
Navigation

Justin: l’arroseur arrosé

Justin: l’arroseur arrosé
Photo Magazine Time

Coup d'oeil sur cet article

J’étais avec ma femme dans la cuisine quand son téléphone a « bipé ».

« Un site d’information vient de m’avertir qu’une nouvelle importante vient de sortir, me dit-elle. Attends, je vais regarder... »

Elle se penche sur son cellulaire, elle regarde l’écran pendant cinq secondes... et sa mâchoire se décroche.

« Oh f**K ! »

MONSIEUR POLITIQUEMENT CORRECT

Il y a quelques jours, un journal a révélé qu’un candidat conservateur s’était fait prendre en train de conduire en état d’ébriété.

« C’était en 1992, ai-je écrit. Il y a 27 ans ! Il y a une limite à remonter dans le passé des gens ! »

Le « blackface » de Justin remonte à 2001.

C’était il y a 18 ans.

Ne devrais-je pas faire preuve de la même compassion ? Ne devrait-on pas passer l’éponge ?

Non.

Pourquoi ?

Parce que Justin Trudeau est Monsieur Politiquement Correct. Il passe son temps à faire la leçon à tout le monde.

Justin qui a fait un « blackface », c’est comme une militante pro-vie qui s’est fait avorter.

Sainte Greta qui se promène en Hummer.

Ou le patron d’Éduc’alcool qui se serait fait filmer saoul comme une botte, en train de chanter La Bite à Tibi dans un karaoké de Limoilou.

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Comme ma blonde me le rappelait : « Tu te souviens quand une citoyenne a parlé de “Mankind”, lors d’une rencontre avec le PM ? Justin l’a reprise en disant qu’il ne fallait pas dire “Mankind”, mais “Peoplekind”. Car dans “Mankind”, il y a le mot “Man”. Donc, c’est sexiste. »

C’est ce gars qui s’est barbouillé le visage en noir dans un party ?

Ce donneur de leçon ? Ce curé ? Ce saint autoproclamé ?

Le champion des droits des minorités ?

Le gars qui a toujours une boîte de Kleenex à portée de la main pour pleurer sur le sort des Amérindiens, des Japonais, des musulmans, et tutti quanti ?

FU MAN CHU

Cette histoire – sortie par le Time, le magazine le plus prestigieux au monde, rien de moins ! – n’est pas une simple anecdote. C’est une bombe.

Vous imaginez si c’était Andrew Scheer qui s’était déguisé en Mexicain avec un sombrero ridicule, une moustache en faux poils et un maraca dans chaque main ?

Les libéraux auraient surfé là-dessus jusqu’à la fin de la campagne.

Or, là, c’est Justin Trudeau ! L’ami des communautés ethniques ! Monsieur compassion !

Déjà qu’il a viré manu militari une ministre autochtone, alors qu’il se dit féministe et près des Premières Nations...

Heureusement qu’il ne s’était pas déguisé en Charlie Chan ou en Fu Man Chu ! Vous imaginez la réaction de la Chine ?

Crise diplomatique en vue !

Le truc, maintenant, est de voir comment son équipe va « spinner » ça.

Vont-ils jouer la carte de l’erreur de jeunesse ? « Ça fait longtemps, j’ai changé » ? Ou, encore pire : « Il faut voir dans quel contexte ça s’est déroulé » ?

C’est une loi vieille comme le monde : plus on joue les puritains, plus on tombe de haut quand on se fait pincer les culottes baissées.