/elections
Navigation

Justin Trudeau: le Canada anglais outré

Coup d'oeil sur cet article

Les commentateurs du Canada anglais n'ont pas été tendres, jeudi, envers Justin Trudeau.

À LIRE AUSSI: Le «brownface» de Justin Trudeau fait le tour du monde  

À LIRE AUSSI: Des élus québécois condamnent les photos de Justin Trudeau maquillé en brun  

Les révélations sur son recours à un maquillage «blackface» ont choqué plusieurs personnes. Plusieurs sont allés à remettre en question son jugement. 

«À plusieurs reprises dans sa vie, notre premier ministre s’est amusé à imiter des gens de couleur», a écrit la commentatrice Vanmala Subramaniam, dans le National Post

«[Ces gestes] démontrent une arrogance sans borne, alimentée par (une vie) de privilèges», a-t-elle ajouté. 

Pour Mme Subramaniam, les agissements de M. Trudeau sont ceux d’un membre d’une élite, «qui a établi les bases de personnalités comme lui et dont on a glorifié plutôt que réprimandé les comportements». 

Dans le «Globe and Mail», on estime que M. Trudeau aurait dû savoir qu’il commettait alors des gestes racistes. 

«Mais ce n’est pas là le plus gros problème. Le plus gros problème, c’est que, pendant 18 ans, il ait gardé le silence. L’affront ne réside pas seulement dans l’acte en lui-même, mais dans le silence», a souligné le chroniqueur John Ibbitson. 

Pour Lorne Gunter de la chaîne des journaux Sun, Justin Trudeau ne mérite certainement pas de passe-droit. 

Il faut le juger à la lumière de l’image qu’il s’est forgée comme politicien. Et cette image tranche avec ses comportements du passé. 

«Avec suffisance, il s’est proclamé comme le modèle même du politicien inclusif, préoccupé par toutes les subtilités du racisme, du sexisme, de l’homophobie et d’autres préjugés», a-t-il écrit. 

Brian Lilley, un autre commentateur des journaux Sun, s’en est pris, lui aussi, à la vie privilégiée de M. Trudeau. 

«Justin Trudeau ne croit pas que les règles normales de la société s’appliquent à lui, a commenté Brian Lilley. Et pourquoi serait-ce le cas ? Il n’est pas seulement le premier ministre, il est le fils d’un premier ministre. Justin Trudeau est membre de la royauté de l’élite laurentienne.» 

«N’importe quel autre candidat serait expulsé de la politique, a-t-il renchéri, mais Trudeau croit qu’il peut y survivre, comme à toutes les autres controverses qui se présenteront à lui.»