/news/currentevents
Navigation

[VIDÉO] Saguenay: un couple donne une leçon au voleur de leur véhicule

Coup d'oeil sur cet article

SAGUENAY | Jessica Perron et Alexandre Tremblay, un couple vivant dans le secteur Shipshaw, à Saguenay, ont arrêté le voleur qui tentait de s'enfuir avec leur camion quatre roues motrices, peu avant 19 h, mercredi soir.

«Je pense qu'il a compris qu'il n'était pas tombé sur les bonnes personnes», a dit Jessica Perron, pourtant toute petite, en entrevue avec TVA Nouvelles.

Martin Bolduc, 42 ans, a voulu profiter du fait que les clés se trouvaient dans le camion garé dans l'entrée de la maison que le couple vient d'acheter. Les aboiements du chien ont toutefois alerté Mme Perron et M. Tremblay.

«J'ai vu que le camion partait lentement et j'ai décidé de courir», a relaté la jeune femme d’une vingtaine d’années.

«J'ai ouvert la porte, et il a fait le saut!», a-t-elle ajouté, fière d’elle-même.

La voie est quand même assez longue jusqu'à la route, et Mme Perron et le voleur se sont échangés des coups.

«Je l'ai frappé plusieurs fois et il m'a frappé lui aussi au visage, a raconté la jeune femme. Une fois sur la route, il tentait de zigzaguer comme pour me faire débarquer. J'avais peur. Et trois maisons plus loin, on a frappé le terre-plein.»

«Peut-être qu'il a compris que je ne débarquerais pas, parce qu'il est sorti du véhicule», a-t-elle poursuivi.

Malheureusement pour le voleur, il a tenté de s'enfuir en refaisant le chemin inverse, où le conjoint de Jessica Perron l'attendait.

«Je l'ai rattrapé et j'ai réussi à l'amener au sol, a dit Alexandre Tremblay. Il s'est débattu un peu, mais je l'ai contenu avec l'aide de quelques passants.»

Martin Bolduc faisait justement l'objet d'un mandat d'arrestation des services correctionnels pour ne pas avoir respecté ses conditions de liberté conditionnelle.

«Quand on y repense après, c'est sûr que ça aurait pu mal tourner», a reconnu Jessica Perron. Il aurait pu être armé, être intoxiqué.»

«Sous l'adrénaline, on ne peut pas prévoir comment on va réagir, a mentionné Alexandre Tremblay. Ce n'est pas toujours quelque chose à faire, mais ce cas-ci, ça s'est bien terminé. Ça aurait pu être bien pire.»