/world/pacificasia
Navigation

Un pilote américain de Fedex interpellé et détenu par les autorités chinoises

Un pilote américain de Fedex interpellé et détenu par les autorités chinoises
AFP

Coup d'oeil sur cet article

New York | Un pilote américain de Fedex a été interpellé et détenu par les autorités chinoises il y a une semaine avant d’être relâché après le versement d’une caution, a indiqué jeudi à l’AFP le groupe de logistique.

Cet épisode marque une escalade des tensions entre l’entreprise américaine et Pékin, qui est par ailleurs engagée dans une guerre commerciale avec Washington. 

Todd Hohn, un ancien pilote de l’armée de l’air américaine, avait été interpellé par les autorités chinoises alors qu’il attendait son vol commercial à Canton pour retourner à Hong Kong, où il réside. 

Il venait d’effectuer des livraisons pour Fedex depuis la ville chinoise de Guangzhou, hub de Fedex en Asie. 

«Les autorités chinoises à Canton ont détenu et ensuite relâché un de nos pilotes après le versement d’une caution», a déclaré à l’AFP une porte-parole, confirmant des informations du Wall Street Journal. 

Cette interpellation fait suite au fait, selon elle, que les autorités chinoises «ont découvert un objet dans ses bagages avant (le décollage) de son avion commercial». 

L’objet trouvé dans les bagages du pilote était un plomb ou une cartouche d’un fusil, selon une source proche du dossier. 

Les autorités chinoises ont ouvert une enquête criminelle, affirme le Wall Street Journal. 

Fedex est actuellement au centre du conflit commercial entre les États-Unis et la Chine, cette dernière la soupçonnant de retenir des colis liés au géant chinois des télécoms Huawei, visé par des sanctions américaines. 

Le groupe a dû s’excuser en mai et en juin pour avoir refusé d’acheminer aux États-Unis des colis, dont un qui contenait un smartphone Huawei. 

À la suite de ces incidents, Fedex a porté plainte contre le ministère du Commerce américain, l’accusant de faire porter un «fardeau impossible» aux sociétés de livraison par ses sanctions commerciales sur des produits chinois.