/elections
Navigation

«Blackface»: Trudeau a un double discours, dit Jagmeet Singh

Coup d'oeil sur cet article

ESSEX, Ont. | Le chef néo-démocrate Jagmeet Singh déplore le double discours de Justin Trudeau qui, selon lui, défend le multiculturalisme en public, mais se moque des gens en privé.

• À lire aussi: Trump «surpris» par les images de Trudeau avec une «blackface»

• À lire aussi: Trudeau sonné par la controverse du «brownface»

• À lire aussi: Justin Trudeau: son image de vedette en prend un coup

«M. Trudeau en public est tellement différent de monsieur Trudeau en privé», a-t-il expliqué vendredi, lors d’un point de presse en Ontario, déplorant le manque de sincérité du chef libéral.

«Il y a deux différents [Justin] Trudeau, a-t-il poursuivi. Il y a un monsieur Trudeau qui dans la vie publique dit que la relation avec les Autochtones est la plus importante. En public, il parle de diversité, mais dans sa vie privée, il se moque des personnes à cause de la couleur de leur peau.»

Le chef néo-démocrate a illustré son propos en rappelant qu’en mars dernier, son adversaire libéral a tenu des propos irrespectueux à l’endroit de manifestants qui souhaitaient attirer l’attention sur la contamination au mercure dans les communautés autochtones de Grassy Narrows et de Wabaseemong. C’était lors d’une soirée de financement à Toronto. M. Trudeau s’en était excusé le lendemain.

Selon M. Singh, «c’est clair qu’avec ses actions politiques, [Justin Trudeau] ne s’occupe pas des enjeux qui touchent les gens faisant face à des grandes injustices», a-t-il noté.

Plus que des excuses, M. Singh demande la mise en place de réelles mesures contre l’inégalité et l’injustice. «Je voudrais surtout mettre l’accent sur les gens qui sont affectés par ces images», a-t-il ajouté.

Pour sa part, le chef libéral s’est de nouveau confondu en excuses, vendredi, promettant même de le faire directement auprès de son adversaire néo-démocrate.

«Je vais certainement partager avec M. Singh les excuses que j’offre à tous les Canadiens qui vivent la discrimination, que j’ai blessée par mes actions, a-t-il dit, entre autres. On va certainement parler de ce qu’un gouvernement peut faire pour continuer la lutte contre la discrimination.»

Justin Trudeau fait les manchettes ici et ailleurs en raison de la controverse du «blackface». Vendredi, lors d’une annonce sur les armes d’assaut, il a expliqué vouloir «se concentrer sur les Canadiens qui font face à la discrimination à cause de leur identité».

Trudeau interpellé à Toronto

En campagne vendredi à Toronto, Justin Trudeau s’est prêté volontiers au jeu des autoportraits. Si des citoyens l’ont également interpellé sur la controverse, plusieurs Torontois lui ont apporté leur soutien, certains réclamant quatre ans de plus de gouvernement libéral.

De son côté, le chef conservateur Andrew Scheer a réitéré ses propos selon lesquels les excuses du chef libéral ne sont pas sincères.

Pour sa part, le chef bloquiste Yves-François Blanchet croit qu’il «faut que les gens prennent ça pour ce que c’est, pas plus, pas moins. Ce n’est pas une démonstration de racisme, c’est une démonstration d’immaturité».