/lifestyle/pleinsfeuxsurquebec
Navigation

Les 50 ans de Valérie: un regard nouveau sur une production d’une autre époque

Les 50 ans de Valérie: un regard nouveau sur une production d’une autre époque
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Marie-Christine a rencontré la comédienne Danielle Ouimet ainsi que le directeur général du projet Éléphant, Dominique Dugas, à l’occasion de la projection spéciale pour les 50 ans du classique érotique Valérie, au Musée national des beaux-arts du Québec, dans le cadre du Festival de cinéma de la ville de Québec. En entrevue, ils ont parlé de l’importance que ce film a eue dans la culture québécoise. Si le film a soulevé la controverse, il a aussi ouvert la voie à une vague qui s’est poursuivie par la suite. Apprenez-en plus sur le contexte de l’époque de sa sortie, mais aussi sur la façon dont Danielle Ouimet a vécu le tournage et même sur la réaction de ses parents.

Rappelons que c’est en 1969 que le cinéaste Denis Héroux livrait au public le tout premier film érotique québécois, Valérie, mettant en vedette la comédienne Danielle Ouimet, dans le rôle d’une jeune orpheline qui quitte le couvent pour devenir danseuse topless puis prostituée, jusqu’à ce qu’elle rencontre l’amour. À l’époque, les scènes de nudité avaient soulevé la controverse. «En 1969, c’est la Révolution tranquille, dit Dominique Dugas. Le cinéma est encore à la remorque de ça, avec encore un cinéma un petit peu bien-pensant.»

Le film a été, en fait, l’un des précurseurs d’une vague qui allait se poursuivre pendant quelques années. «Quand vous allez voir le film, affirme Danielle Ouimet, vous allez peut-être être déçus, parce qu’on a progressé tellement rapidement, que de voir la nudité comme on la voit, on se dit “Voyons, il n’y a rien là!” Eh bien, non! À l’époque, c’était épouvantable!»

Il est possible de voir Valérie sur Éléphant, qui regroupe des centaines de films d’ici de toutes les époques, restaurés et rendus disponibles pour la location.

Par ailleurs, les cinéphiles qui le souhaitent peuvent profiter du Festival jusqu’à demain.

Programmation et billets: www.fcvq.ca