/news/society
Navigation

Les enfants encore traumatisés par le passage des tornades à Gatineau

Les enfants encore traumatisés par le passage des tornades à Gatineau
Photo Sarah Bélisle

Coup d'oeil sur cet article

GATINEAU | Un an après les tornades qui ont sévèrement frappé Gatineau le 21 septembre 2018 en jetant près de 2000 familles à la rue, les traces de l’événement traumatisant sont toujours bien présentes dans la communauté.

Les enfants, mais également les adultes, font preuve d’une extrême vigilance face aux événements météo.

«Il y a des enfants qui ont un syndrome post-traumatique si l’on veut. Aussitôt que le vent souffle un peu fort, moi-même je vous dirais, cet été quand j’ai vu une alerte de tornade, je me suis moi-même retrouvée avec des palpitations, je n’étais pas bien. Heureusement, c’était une fausse alerte. J’invite les gens à prendre les alertes au sérieux», a dit vendredi Isabelle N. Miron, conseillère du district de l'Orée-du-Parc à Gatineau, en entrevue avec LCN.

Les tornades ont touché plus précisément la communauté du quartier Daniel-Johnson, l’un des plus pauvres de la ville. Elles ont fait près de 300 millions $ de dommages en biens assurables, mais plusieurs des familles touchées n’avaient même pas d’assurance habitation et ont dû repartir à zéro.

«Sur les 930 familles qui se sont inscrites à la Croix-Rouge, il n’en reste que cinq qui se cherchent encore un logement, parce que ce sont des familles nombreuses», a indiqué la conseillère municipale.

Ce phénomène météo a été la troisième catastrophe à frapper Gatineau en trois ans.

«On a eu deux inondations et les tornades, on aimerait avoir un peu de répit», a conclu Mme Miron.