/news/currentevents
Navigation

Un lieu de culte illégal de la Mission de l'Esprit Saint démasqué grâce à J.E.

Coup d'oeil sur cet article

Un groupe religieux clandestin de la Mission de l'Esprit Saint pratiquait le culte illégalement dans un local de Joliette.

À la suite d'une enquête de J.E., les inspecteurs de la Ville sont intervenus pour demander aux membres de quitter le bâtiment de la rue Piette. Le groupe, qui compte environ 200 membres, était enregistré comme un club social. Les disciples ont toutefois avoué aux inspecteurs municipaux que c'était un rassemblement religieux. Mais le zonage ne permet pas le culte à cet endroit.  

En plus des trois assemblées religieuses chaque fin de semaine, d'ex-membres ont confirmé à J.E. que des enfants étaient scolarisés dans ce même local pendant la semaine, alors que, dans les faits, ils sont inscrits comme étant scolarisés à la maison.  

«On va y voir de près. C'est très choquant!», s'insurge le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge, qui promet d'envoyer des inspecteurs également à l'établissement de St-Paul. «Ce n’est pas normal qu'en 2019 on enseigne aux enfants que la Terre n'est pas ronde».  

Le ministre de l'Éducation a retiré le permis de l'École L'Accord, située à la St-Paul, parce que l'établissement ne respectait pas la loi sur l'enseignement privé.  

«On nous disait que 15 élèves y étaient scolarisés, mais il y en avait plus de 60! Il n'y avait pas suffisamment de profs qualifiés et la communauté manquait de ressources financières», explique le ministre Roberge.  

Le porte-parole du mouvement, Emmanuel Francoeur, affirme avoir agi de bonne foi avec le ministère. «On ne comprend pas. On avait fait la démonstration que malgré quelques soucis financiers, on réussissait à offrir une éducation adéquate à nos jeunes. On ne veut pas les envoyer dans le réseau public, alors ils vont faire l'école à la maison. On est en deuil de notre école», confie M. Francoeur.  

Une secte qui détruit des vies

Écoles clandestines, culte illégal, J.E. a aussi dévoilé la face cachée de la Mission de l'Esprit Saint.  

D'anciens disciples de cette communauté religieuse témoignent de leur vécu au sein de ce groupe. «C'est une secte qui détruit des vies, surtout celles des enfants. Faut que le gouvernement mette ses culottes», lance Fléchere Jolicoeur, ex-membre de la Mission.  

La communauté compterait environ 2500 membres divisés en branches indépendantes basées notamment à St-Paul, Joliette Montréal et Lavaltrie.  

Les adeptes croient faire partie d'une race d'élite.  

La plupart des enfants du groupe sont inscrits comme étant scolarisés à la maison, mais l’enquête de J.E. démontre que le mouvement ne respecte pas les règles du ministère de l'Éducation.  

«Faut que ça cesse! On enseigne aux filles qu'elles doivent être soumises et que leur rôle sur Terre c'est de faire des bébés! Moi, je suis sortie de là à 25 ans avec mes 6 enfants, pas d'éducation, je n’avais jamais travaillé», raconte Christelle Bérubé, une ancienne disciple de la Mission de Montréal Nord.  

La Mission de l'Esprit Saint est groupe religieux fondé en 1913. Le maître à penser est un ex-policier de Montréal, nommé Eugène Richer dit «Laflèche», mort en 1925.  

Les adeptes versent 10 % de leur salaire à la communauté religieuse. La majorité porte un prénom dérivé de celui du maître, comme Eugenielle, Flechane, Richelle ou encore Richère.  

«À 6 ans, je devais prier Dieu pour qu'il m'envoie mon mari. Parce que je devais me marier vers 14 ans, avoir des enfants puis servir, servir Dieu. Tu es seulement un corps. La femme est dégradée, elle doit être soumise, ne doit pas contrarier», se désole Richere David, ex-disciple.  

Le groupe, qui était basé à Montréal-Nord, a déménagé à Anjou. Le mouvement s'est fait bâtir un tout nouveau lieu de rassemblement, construit au coût de 4 millions $. 

Sur le même sujet