/entertainment/music
Navigation

Yannick Nézet-Séguin: un engagement à vie avec Montréal

Yannick Nézet-Séguin: un engagement à vie avec Montréal
PHOTO D'ARCHIVES, AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Dire «oui» pour la vie à l’Orchestre Métropolitain de Montréal (OM) n’a pas effrayé Yannick Nézet-Séguin. Au contraire, le chef prodige de 44 ans estime que son engagement à perpétuité avec l’organisation qu’il dirige depuis 20 ans, annoncé en début de semaine, lui enlève de la pression et lui procure encore davantage de liberté.

«C’était dans ma tête depuis environ cinq ans. Mais c’est il y a deux ans, au moment où on a eu cette tournée triomphale en Europe, que je me suis dit que je ne voyais pas comment ça pouvait s’arrêter, comment mon bonheur de faire de la musique avec ces musiciens-là, à Montréal, dans ma ville, pourrait être différent de maintenant», a raconté le principal intéressé, faisant ainsi référence à la toute première tournée européenne de l’OM, à l’automne 2017. Cette dernière a marqué les débuts de l’ensemble sur la scène internationale, a été saluée par de nombreux prix et a fait l’objet d’un film, Ensemble, de Jean-Nicolas Orhon, un an plus tard.

«Alors, pourquoi pas, a continué Yannick Nézet-Séguin. Au lieu de s’asseoir à chaque cinq ans, et se demander si on va renouveler, pourquoi ne pas marquer un grand coup, enlever cette barrière de temps et se donner encore plus de liberté et de confiance mutuelle pour continuer nos projets?»

Pouvoir rêver

Bien sûr, la vie est jalonnée de détours et d’imprévus, et il y aura «toujours moyen de réviser les termes» de cette entente si les parties n’en sont plus satisfaites, a indiqué Nézet-Séguin.

«Mais ce n’est vraiment pas l’esprit dans lequel on a fait ce choix, a-t-il nuancé. C’est vrai qu’on change, dans la vie, mais il y a aussi des choses qui restent uniques et inséparables. Le fait d’être uni aux Montréalais et aux Montréalaises, d’avoir pu voir évoluer l’orchestre, de s’être mutuellement aidés à grandir, ce sont des choses qui ne se remplacent pas.»

«D’habitude, la lune de miel se termine après trois ans et 10 ans, c’est un maximum. Si, après 20 ans, on a déjà cassé de la vaisselle et on a survécu ensemble, c’est surtout une question de pouvoir rêver. Rêver à plus de tournées, plus d’enregistrements, encore plus de projets éducatifs, s’impliquer encore davantage dans notre mission montréalaise...»

Âge d’or

L’homme a blagué, en conférence de presse, que de sceller ce pacte à vie faisait office de mariage après 20 ans de fréquentations. Le «voyage de noces», pourrait-on dire, aura lieu du 18 au 25 novembre, avec une tournée des États-Unis qui mènera l’OM pour la première fois à Chicago, Ann Arbor, New York et Philadelphie.

Yannick Nézet-Séguin assure par ailleurs qu’un renouveau continuera d’opérer au sein de l’OM, lui étant parti la moitié de l’année en raison de ses mandats à la tête du Metropolitan Opera de New York (MET) et de l’Orchestre de Philadelphie, qu’il occupe respectivement depuis 2018 et 2012.

Or, le fait de briller à l’échelle internationale donne encore plus le goût à notre enfant chéri de la musique classique de s’ancrer profondément dans sa terre natale.

«On dirait que plus je voyage, plus je suis attaché à Montréal, complète-t-il. Je me rends compte de ce qui est unique. Il fait bon vivre ici, la richesse de notre vie culturelle est vraiment unique. Il faut en prendre soin. Le fait de sentir que le public y croit, qu’il y a un support des partenaires. Je pense qu’on est dans une période qui est sur le point d’être un nouvel âge d’or pour la culture, ici. Il y a des investissements comme le Quartier des spectacles, notre merveilleuse Maison symphonique, l’Orchestre symphonique et l’Orchestre Métropolitain, les salles se remplissent, on rejoint du public, nos musiciens et chanteurs rayonnent partout... J’ai l’impression que ce n’est pas près d’arrêter, tout ça, et je veux continuer à faire partie de ce renouveau.»