/maisonextra
Navigation

Cottage, plain-pied, à paliers, comment s’y retrouver?

Cottage, plain-pied, à paliers, comment s’y retrouver?
Photo Can Stock Photo, LindaJ2

Coup d'oeil sur cet article

Chaque type de maison porte un nom particulier : cottage, plain-pied, à paliers... Mais tout le monde n’est pas nécessairement familier avec tous ces termes. Voici donc un petit lexique pour vous aider à vous y retrouver! 

Cottage, maison à étage ou maison à deux étages? 

Cottage, plain-pied, à paliers, comment s’y retrouver?
Photo Can Stock Photo, LindaJ2

Ce que l’on appelle communément un cottage est en fait une maison isolée à deux étages. Pourtant, le terme cottage devrait être réservé pour désigner une maison de style typiquement anglais, comme on en voit dans la campagne anglaise. D’ailleurs, l’Office québécois de la langue française (OQLF) précise que : « Dans l’histoire de l’architecture nord-américaine, l’habitation familiale typique du XXe siècle ressemblait au cottage hérité de la culture anglo-saxonne et comportait souvent un second niveau pour y loger les familles nombreuses. C’est ainsi que le terme anglais cottage s’est étendu à toute maison comportant un étage au-dessus du rez-de-chaussée, par opposition à la maison à un seul niveau ». Selon l’organisme, il serait donc préférable d’utiliser les termes maison à étage ou maison à deux étages. 

Bungalow ou plain-pied? 

Cottage, plain-pied, à paliers, comment s’y retrouver?
Photo Can Stock Photo, irina88w

En entendant le mot bungalow, vous visualisez très probablement une maison unifamiliale d’un seul étage arborant une façade plus large que haute. L’OQLF mentionne qu’au Québec, dans les années d’après-guerre, c’est-à-dire au cours des années 1950 à 1970, le bungalow représentait le type de maison caractéristique des nouvelles banlieues. Ces maisons étaient accessibles pour les familles de la classe moyenne et sont la preuve de l’étalement urbain d’autrefois. « Ce type de maison de plain-pied est caractéristique de l’architecture québécoise, qui s’est inspirée d’un mouvement architectural qu’on a appelé small house aux États-Unis », ajoute l’organisme.  

Si certains puristes estiment que l’on devrait proscrire le terme bungalow en raison de son adaptation anglaise d’un mot hindi qui désigne un type de maison indienne basse ou encore un pavillon simple, habité temporairement, selon l’OQLF, il est tout à fait acceptable d’utiliser le terme bungalow pour désigner le type très particulier de maison de plain-pied que l’on retrouve au Québec. 

À paliers, à demi-niveaux ou split-level?  

Cottage, plain-pied, à paliers, comment s’y retrouver?
Photo Can Stock Photo, Qingwa

« Une maison à paliers est un bâtiment d’habitation dont les pièces composant l’espace habitable sont réparties sur plus d’un niveau relié par des escaliers de quelques contremarches seulement », explique M. Marco Lasalle, directeur du service technique de l'Association des professionnels de la construction et de l'habitation du Québec (APCHQ). En d’autres mots, la maison est construite de sorte que les niveaux d’habitation sont décalés.  

Ainsi, l’entrée principale donne souvent sur un palier d’escalier situé entre deux étages, menant soit en haut ou en bas. On peut habituellement avoir une bonne vue d’ensemble de la propriété de cet angle. L’OQLF avance que ce type de maison est par ailleurs beaucoup plus courant en Amérique du Nord qu’en Europe. Selon les recommandations de l’organisme, on devrait utiliser les termes maison à demi-niveaux et maison à paliers, et oublier les split-level et split qui sont pourtant bien implantés dans l’usage. 

Jumelée ou semi-détachée? 

Cottage, plain-pied, à paliers, comment s’y retrouver?
Photo Can Stock Photo, Mirage3

Quand deux maisons côté à côte partagent un mur mitoyen, on dit qu’il s’agit d’une maison jumelée. « Il va s’en dire qu’il peut s’agir de bungalows jumelés ou de cottages jumelés », précise M. Lasalle. Et en règle générale, la bâtisse revêt une certaine uniformité architecturale. On peut aussi bien utiliser le terme maison jumelée que jumelé, tout court. Quant au terme maison semi-détachée, l’OQLF estime que ce calque de l’anglais ne s’intègre pas au système linguistique du français sur le plan sémantique, puisqu’il ne s’agit pas d’une maison partiellement « attachée » à une autre. 

En rangée, de ville ou town house?

Cottage, plain-pied, à paliers, comment s’y retrouver?
Photo Can Stock Photo, Elenathewise

Dès qu’une troisième maison vient se rattacher à l’ensemble par un mur mitoyen, on passe de jumelé à maison en rangée. « La maison en rangée est un bâtiment d’habitation constitué d’une suite d’au moins trois bâtiments unifamiliaux accolés latéralement qu’ils soient des bungalows ou des cottages », indique M. Lasalle. Ces maisons adjacentes doivent en plus posséder au moins une entrée privée donnant sur la rue. Tout comme les jumelés, les maisons en rangée présentent habituellement une certaine uniformité architecturale. 

L’OQLF rapporte que le terme maison de ville, calqué sur l’anglais town house, devrait être évité, car il peut porter à confusion, comme s’il s’agissait de l’opposé de maison de campagne.  

Duplex, triplex, quadruplex et quintuplex 

Cottage, plain-pied, à paliers, comment s’y retrouver?
Photo Can Stock Photo, Rixie

Les investisseurs immobiliers adorent les plex, ces petits immeubles de deux à cinq logements. Les propriétaires souhaitant réduire leurs paiements hypothécaires aussi apprécient ce genre d’habitation puisqu’ils peuvent habiter dans un logement et louer les autres. « Ces bâtiments d’habitations multifamiliales comportent une entrée distincte pour chacun des logements », précise M. Lasalle. Physiquement, les logements d’un multiplex sont superposés ou répartis sur plus d’un étage. Pour plus de précisions, on peut donner des noms spécifiques pour désigner les plex selon le nombre de logements qu’ils comptent : duplex (deux logements), triplex (trois logements), quadruplex (quatre logements) et quintuplex (cinq logements). 

Condo ou copropriété? 

Cottage, plain-pied, à paliers, comment s’y retrouver?
Photo Can Stock Photo, Elxeneize

« Dans la culture populaire, on désigne par le terme “condo” une suite privative située dans un immeuble détenu en copropriété », mentionne M. Lasalle. On fait ainsi référence à un appartement dont on est propriétaire, à l’opposé d’un appartement dont on serait locataire. « La copropriété est un mode de propriété et non pas un type d’habitation », nuance la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL).