/entertainment/music
Navigation

«Je peux enfin profiter de la vie»

Nathalie Simard
Photo PIerre-Paul Poulin Nathalie Simard s’apprête à prendre la route avec une nouvelle tournée où elle revisitera ses 40 années de carrière, en plus de rendre hommage à certains grands disparus tels que Prince, Whitney Houston et Nicole Martin.

Coup d'oeil sur cet article

À 50 ans, Nathalie Simard s’affranchit entièrement de son passé et s’offre un nouveau départ. La chanteuse revient à l’avant-scène avec une compilation, une tournée et une nouvelle silhouette. « Je n’ai jamais été aussi bien dans ma peau et dans ma tête », confie-t-elle.

« Je me sens libre, je me sens bien, en paix, et je suis en santé », annonce fièrement Nathalie Simard en entrevue au Journal.

Ça, elle n’en est pas peu fière. Pour y arriver, la chanteuse a subi une chirurgie bariatrique plus tôt cette année, lui permettant de retrancher 60 livres à sa silhouette. Et la perte de poids n’est pas encore terminée ; elle estime à « une trentaine de livres » le reste du chemin à parcourir.

Cette transformation a d’abord permis à Nathalie Simard d’améliorer son état de santé. Mais l’effet s’est également rapidement fait sentir sur sa confiance.

« C’était important pour moi de le faire. Je ne mentirai pas : j’exerce un métier public et je trouvais ça très, très difficile d’aller à la télévision ou de prendre des photos avec ce poids en trop. Mais aujourd’hui, je prends plaisir à tout ça. J’ai l’impression de m’être libérée de cette prison. À 50 ans, je peux enfin profiter de la vie », avance-t-elle.

Authentique avant tout

Elle a également fait le choix de jouer la carte de la transparence très tôt dans le processus, avouant publiquement que c’est grâce à un chirurgien qu’elle revient aujourd’hui dans une telle forme.

« Je trouvais ça tellement important de spécifier que j’avais subi une chirurgie. J’étais simplement incapable de mentir et, après tout, j’estime que je dois ça au public. C’est important pour moi d’être authentique. Et c’est carrément impossible de perdre autant de poids en quelques mois seulement, alors ça aurait pu être dangereux d’envoyer ce genre de message là aux gens », explique-t-elle.

Elle est donc fin prête à ce grand retour, à un nouveau départ qu’elle s’offre aujourd’hui pour célébrer ses 40 années de carrière.

40 ans ? Oui. Déjà. Mais Nathalie Simard est la première à admettre que ces quatre décennies ont été ponctuées de pauses et d’arrêts, ô combien salvateurs à travers la tourmente.

« Il y a eu des moments où j’ai eu besoin de me retrouver et de me rebâtir. Par la suite, j’ai été moins présente sur scène ou sur disque, mais j’avais besoin de ce temps pour aider mon prochain. Alors même à travers ces arrêts, j’ai toujours été en contact avec le public. Et aujourd’hui, j’ai envie de retracer tout ce parcours professionnel », avance-t-elle.

Sur disque, puis sur scène

C’est ainsi qu’elle lançait, hier, L’amour a pris son temps, une toute nouvelle compilation faisant foi de tout ce parcours musical, jalonné de titres tels que Il y avait un jardin, Reste ami, La vie me tue et, évidemment, l’inéluctable pièce-titre, tirée du film La guerre des tuques.

L’album sera également suivi, le mois prochain, d’une série de concerts à travers la province. Il y a un bon moment que Nathalie Simard n’a pas offert de tournée en bonne et due forme (« ça doit bien faire pas loin de 20 ans », hasarde-t-elle), mais elle se dit désormais en pleine possession de ses moyens et fin prête à reprendre le collier.

« J’ai donné quelques spectacles ici et là dans les dernières années, mais jamais dans le cadre d’une vraie tournée. J’avoue que ça donne un peu le vertige. Mais ce retour-là, il est très important pour moi. Et je suis prête. J’ai confiance en moi », avance-t-elle.

Pour l’occasion, elle revisitera bien évidemment les incontournables de son répertoire solo. Pour ce faire, elle devait être prête à tourner la page sur les événements passés, inévitablement liés à plusieurs de ses chansons. Aujourd’hui, elle tranche fièrement : « Je suis ailleurs ».

« Je le suis réellement. Sinon, je ne retoucherais à aucune chanson de mon répertoire. On a tous nos mauvais souvenirs, on a tous traversé des périodes plus difficiles. Mon travail à moi c’est de mettre tout ça de côté. C’est derrière moi. Aujourd’hui, à 50 ans, je suis une grande fille, j’en suis sortie, et je vis dans la lumière. J’ai envie d’avoir du fun », assure-t-elle.


♦ L’album L’amour a pris son temps est présentement disponible. La tournée l’accompagnant débutera le 11 octobre et s’arrêtera, entre autres, à la salle Albert-Rousseau de Québec le 5 novembre, puis à la Cinquième salle de la Place des arts de Montréal le 11 novembre.