/finance/news
Navigation

Les déneigeurs ne fournissent plus

La pénurie de main-d’œuvre qualifiée dans le domaine fera exploser les prix des services cet hiver à Val-d’Or

Gilles Boutin, propriétaire de la compagnie de déneigement Déneigepro, devra réduire son nombre de clients cette année.
Photo collaboration spéciale, Émélie Rivard-Boudreau Gilles Boutin, propriétaire de la compagnie de déneigement Déneigepro, devra réduire son nombre de clients cette année.

Coup d'oeil sur cet article

VAL-D’OR | Un petit vent de panique souffle sur des résidents de Val-d’Or qui n’arrivent pas à trouver une compagnie de déneigement en vue de l’hiver, faute de main-d’œuvre qualifiée.

« Recherche déneigeur – le mien m’a lâché », peut-on lire depuis quelques semaines sur les réseaux sociaux.

De nombreux citoyens de la municipalité abitibienne interrogés par Le Journal disent en effet peiner à réserver leur place dans une compagnie de déneigement.

« J’ai appelé [ma compagnie de déneigement] à la fin du mois d’août en pensant être d’avance, mais ils m’ont répondu qu’ils ne pouvaient pas me prendre. La compagnie réduit sa clientèle, sinon elle ne fournit pas », se désole le Valdorien Sylvain Dufour.

« Celui qui faisait ma cour depuis cinq ans a arrêté d’en faire. J’ai été chanceux, j’ai trouvé quelqu’un d’autre rapidement », témoigne à son tour Sylvain Millaire, résident du quartier Sullivan, un secteur où la demande est particulièrement élevée.

Recherche de main-d’œuvre

Depuis septembre, le téléphone du déneigeur Gilles Boutin ne dérougit pas. Même en plein après-midi, il suffit de passer 15 minutes avec lui pour entendre sonner son téléphone au moins trois fois.

« Ce n’est plus juste qu’il manque des déneigeurs, ce sont les compagnies qui lâchent ! » s’exclame le propriétaire de Déneigepro depuis cinq ans. Lui-même, qui servait entre 250 et 300 clients l’hiver dernier, se limitera à 200 cette année pour offrir un meilleur service à sa clientèle, car il manque de main-d’œuvre qualifiée.

« Les bons chauffeurs, ils sont rares. Il y en a quatre que je ne reprends pas cette année parce qu’ils ne suivaient pas les normes de l’entreprise », raconte-t-il.

La rareté des bons chauffeurs a aussi découragé Jason Rotunno, propriétaire de Service Jase, qui travaille dans le domaine depuis une dizaine d’années.

« On prend ce qu’on peut, on donne des chances, mais ça finit par coûter plus cher », explique-t-il.

L’an dernier, il déneigeait 200 résidences. Les employés qu’il avait engagés lui ont fait faux bond en pleine saison et il s’est retrouvé à tout faire seul. Il travaillait parfois 24 heures en ligne.

Cette année, il réduit sa clientèle à environ 70 résidences.

« Les clients qui m’appellent, je veux les référer à d’autres, mais la plupart [des autres compagnies] n’en veulent même pas ! Ils ont juste des appels, des appels, des appels, puis ils ne les prennent pas ! » s’étonne-t-il.

Patrick Aubé, propriétaire de Services Sullivan depuis cinq ans, profite quant à lui de cette manne.

« Cette année, c’est particulier, affirme-t-il. J’ai déjà une trentaine de nouveaux clients jusqu’à maintenant, puis ça continue de téléphoner ».

Hausse des prix

Sa capacité demeure néanmoins limitée. Pour éviter de conjuguer avec les soucis reliés à la pénurie de main-d’œuvre, il choisit de travailler seul, ce qui lui permet de déneiger seulement entre 75 et 100 entrées. Selon lui, en octobre, sa clientèle sera vraisemblablement complétée.

La rareté du service entraîne inévitablement une hausse des prix. Déneigepro augmentera ses factures de 25 % à 40 %. Pour convaincre des employés de travailler de jour, de nuit, sous pression, et à se faire insulter par des clients frustrés, l’entreprise doit aussi mettre la main dans son portefeuille.

« Ils sont tous rendus dans les mines ! Il y a trois ans, les gars gagnaient entre 10 $ et 15 $ de l’heure, aujourd’hui, ils sont rendus à 30 $ ou 35 $ de l’heure. On n’a pas le choix d’ajuster nos prix selon nos chauffeurs », souligne Gilles Boutin.

Les deux derniers hivers, particulièrement rudes, ont aussi fait augmenter les prix. Les entrepreneurs doivent sortir plus souvent ou plus longtemps à cause des fortes précipitations.