/finance/business
Navigation

Un passionné de la recherche de talents

Il a misé sur le recrutement et le placement dans des secteurs en pleine pénurie de main-d’œuvre

GEN - MEHDI HAMMOU, FONDATEUR AEE PLACEMENT
Photo MARTIN ALARIE Mehdi Hammou a fondé son entreprise il y a six ans et il ne regrette rien.

Coup d'oeil sur cet article

Ce n’est pas un, mais deux emplois que Mehdi Hammou a quittés pour se consacrer à son entreprise, AEE Placement, une firme de recrutement dans le domaine de l’ingénierie, fondée en 2013.

C’est dire à quel point son désir d’entreprendre était fort.

Durant la semaine, il était assistant gestionnaire au gouvernement fédéral. Le week-end, il endossait son habit d’agent de sécurité à la Ville de Montréal, ce qui lui permettait de mettre un peu plus de beurre dans les épinards.

« Monter son projet d’entreprise, ça ouvre les perspectives. En plus, je n’ai jamais aimé la routine du 9 à 5, je préfère le 5 à 9 ! », explique Mehdi Hammou. Il avait à peine 21 ans quand il a créé son entreprise. Il a décidé de créer une firme de recrutement parce qu’il a la passion d’aider les gens.

« Il n’y a rien de plus gratifiant que de permettre à une personne de se trouver un emploi. »

Il a monté un plan d’affaires qui n’était pas tout à fait au point — « j’avais omis de calculer mes coûts d’exploitation et de faire des prévisions » —, ce qui ne l’a pas empêché de se lancer.

« Pour moi, la meilleure façon d’apprendre, c’est d’être dans l’action », explique Mehdi, qui a attendu que son entreprise soit sur ses rails avant de laisser ses autres occupations.

Beaucoup de postes à combler

La première année, son chiffre d’affaires s’est élevé à... 45 $. Loin d’être découragé face à ce maigre résultat, cela l’a plutôt motivé à pousser la machine.

« Je me suis dit que si j’étais capable de faire 45 $ par moi-même, j’étais aussi capable de faire 45 M$ ! »

Il en est encore loin, mais il est en bon chemin. « L’an dernier, nos ventes ont atteint les sept chiffres », dit-il, sans vouloir donner plus de précisions.

Au départ, AEE Placement offrait des services de recrutement dans plusieurs domaines, avant de recentrer ses activités dans le secteur de l’ingénierie.

L’effervescence dans la construction et dans les projets d’infrastructures a mis de la pression sur les employeurs qui peinent à pourvoir leurs postes. C’est là que les recruteurs d’AEE Placement entrent en jeu. Ils sont aujourd’hui plus d’une vingtaine à débusquer les meilleurs talents ici et ailleurs dans le monde.

« Notre force, c’est le réseau de contacts que nos recruteurs ont développé. En 48 heures à peine, on a des candidats à proposer à nos clients. »

Des projets internationaux

En plus des chasseurs de têtes, la PME offre un service de placement à sa clientèle, composée principalement de grandes entreprises.

AEE Placement réalise 60 % de son chiffre d’affaires au Québec, le reste dans les autres provinces canadiennes. Elle vise à court terme une expansion internationale. Elle est en train de négocier un important mandat d’impartition dans le domaine de l’aéronautique. En 2020, elle prévoit également s’implanter à Dubaï, au Moyen-Orient, où un de ses clients mène d’importants projets. « Il nous reste à trouver un partenaire sur place, une condition essentielle si on veut faire des affaires là-bas. Les discussions vont bon train. »

Depuis six ans qu’il est à la tête de son entreprise, quel bilan en tire-t-il ? « Être entrepreneur, ce n’est pas un job, c’est un style de vie ! Je ne compte pas mes heures. Si je reçois un courriel à 2 h du matin, il y a de bonnes chances pour que j’y réponde. »

La passion — et la jeunesse — lui fait oublier bien de la fatigue.

Mehdi Hammou, 27 ans

  • Diplôme d’études collégiales en logistique du transport, Cégep André-Laurendeau, 2015
  • Assistant gestionnaire, Service Canada, 2014 à 2015
  • Agent de sécurité, Ville de Montréal (temps partiel), 2013 à 2015

UNE DE NOS MEILLEURES DÉCISIONS

« D’avoir recentré nos activités sur le secteur de l’ingénierie. Cela a donné une impulsion à l’entreprise. »

UNE DE NOS PIRES DÉCISIONS

« D’avoir voulu tout faire par moi-même au début. Faire appel à des ressources externes, c’est ce qui permet à l’entreprise de passer au niveau suivant. »