/sports/hockey/remparts
Navigation

Une nouvelle ère débute chez les Remparts

Coup d'oeil sur cet article

 

 Les Remparts de Québec ont habitué leurs partisans à l’excellence depuis leur renaissance en 1997. Si cette réputation enviable s’est légèrement effritée depuis qu’ils ont accueilli le tournoi de la Coupe Memorial en 2015 en étant écartés dès le premier tour éliminatoire lors des quatre printemps suivants, il y a enfin de quoi se réjouir à long terme en décortiquant le nouvel alignement mis sur pied par Patrick Roy. À n’en point douter, des vents favorables sont sur le point de souffler sur le club de hockey junior de la Vieille Capitale.  

 

 L’an 2 du second séjour de Roy comme entraîneur-chef et directeur général s’annonce différent à bien des égards. Pour la première fois de leur histoire, les Remparts aligneront cinq patineurs de 16 ans voués à un bel avenir, ce qui témoigne du début d’une nouvelle ère qui devrait culminer par une chasse aux gros trophées lors de la campagne 2021-2022.  

 

 Après une année de transition durant laquelle le grand patron a mis le club à sa main après avoir succédé à Philippe Boucher en avril 2018, en bouclant des transactions à la tonne et en élargissant la banque de choix au repêchage, Roy et sa jeune équipe sont prêts à amorcer leur longue marche vers la gloire.  

 

 «Oui, c’est le début d’un nouveau cycle, acquiesce Roy quand on lui suggère le terme pour parler du vent de changement qui déferle sur les locataires du Centre Vidéotron dans une longue entrevue au Journal. On rentre dedans et maintenant, il va falloir être patients avec les joueurs, vivre des expériences avec eux et grandir avec eux. Par contre, on a quand même de bons vétérans en place. Je n’aime pas ça utiliser le mot [à mon] image, mais je dirais plutôt que j’aime où on est rendu maintenant.»  

  • ÉCOUTEZ l'entrevue de Patrick Roy avec Jonathan Trudeau à QUB radio

 

 L’exemple des vétérans  

 

 Et ces vétérans, ce sont les Félix Bibeau, Darien Kielb, Anthony Gagnon, Andrew Coxhead, Carmine-Anthony Pagliarulo, Édouard St-Laurent, Thomas Caron, sans oublier le Russe Aleksei Sergeev qui entamera sa deuxième campagne dans la LHJMQ, et la venue du Japonais Yu Sato, 17 ans seulement.  

 

 Bibeau revient à peine du camp des Islanders de New York, avec qui il a disputé un match présaison face aux Flyers de Philadelphie.  

 

 Les Remparts seront l’un des clubs les plus verts du circuit avec une moyenne d’âge à 17,9 ans, d’où l’importance d’avoir des joueurs expérimentés pour épauler les recrues dans leur nouveau défi.  

 

 «Et ce que tu veux, c’est de la qualité. Et je pense qu’on a ça. On a des vétérans qui vont donner l’exemple et devenir des modèles pour les jeunes», assure Roy, conscient que ses adjoints et lui devront adapter leur manière d’enseigner dans un tel contexte.  

 

 «Ça change. Il faut que tu suives la vitesse du groupe pour savoir ce qu’ils captent ou ce qu’ils ne captent pas. Puis, ça prend de la patience, il faut que tu sois capable d’apprécier la progression et non pas seulement se fier aux résultats. Les résultats, c’est le fun quand tes joueurs arrivent à échéance, quand ils sont un produit fini.»  

 

 Comparant l’édition actuelle avec celle des débuts d’Anthony Duclair, Adam Erne et Mikhail Grigorenko en 2011-2012, Roy tient à rassurer les plus fidèles amateurs du club qui pourraient voir en ce virage jeunesse une longue traversée du désert jusqu’en mars.  

 

 Une chose est certaine toutefois : les nombreuses forces en présence dans la Conférence de l’Est n’aideront pas la cause à l’issue du calendrier régulier. 

 

 «On veut marquer plus de buts que l’an passé et on veut être meilleurs défensivement que l’on a été, mais pas au détriment de ne pas permettre à nos jeunes de profiter de la saison. Il y a des soirs qui seront peut-être plus compliqués et il faudra l’accepter.»
- Patrick Roy    

 

 «L’objectif des Remparts, année après année, c’est d’être compétitif et on le sera encore cette année, promet l’ancien instructeur-chef de l’Avalanche du Colorado. Le seul bémol dans tout ça, c’est que notre conférence est tellement forte et on va affronter ces équipes à plusieurs reprises. Cela dit, je le vois d’un œil extrêmement positif parce que ça va permettre à nos jeunes de grandir et on va voir jusqu’où on peut les amener.»  

 

 La fameuse première ronde  

 

 S’il ne cache pas son désir que ses Remparts traversent la première ronde des séries pour la première fois en cinq saisons, Roy n’en fait pas non plus une obsession. De toute façon, à quoi bon bien paraître de façon artificielle?  

 

 «Ce serait le fun, mais je ne focusse pas vraiment là-dessus. À mon premier séjour, on a peut-être perdu deux fois en première ronde [NDLR : une fois]. L’important pour moi, c’est de gagner, et je n’essaierai pas de prendre des décisions [avec une vision] à court terme pour passer une première ronde. C’est notre job de vendre ça à nos partisans. C’est notre job de s’assurer que les jeunes progressent et que les gens tripent à les voir progresser. Et que les gens puissent s’identifier à eux et à voir leur cheminement.  

 

 «L’objectif est de gagner la Coupe Memorial. Ça ne changera jamais. Et on va tout mettre en place pour essayer que ça arrive», a-t-il martelé. Le message est clair. 

 Heureux de son calendrier  

  

Sa sortie contre le «calendrier de marde» des Remparts a fait couler beaucoup d’encre, l’an passé. Tout en reconnaissant avoir cogné sur le clou un peu fort, Roy se dit heureux du nouvel horaire que ses soldats se taperont. «J’ai été dur avec la ligue et je le reconnais, mais parfois, si on veut avoir quelque chose, il faut crier un peu plus fort. Je crois éperdument que l’avenir de notre ligue va passer par des programmes doubles si on veut maintenir le nombre de matchs [à 68]. Il faut sur la route qu’on ne se promène pas d’une ville à l’autre à se brûler en autobus. Il y a des voyages vraiment difficiles et il faut permettre à nos jeunes de composer avec les études.»  

  

 Le classement général avant les conférences  

  

Pour une deuxième saison, les affrontements éliminatoires des deux premières rondes seront déterminés en fonction de la position des équipes dans chacune de leur conférence (Est et Ouest). Et comme l’an passé, le déséquilibre des forces entre l’Est et l’Ouest fera grincer des dents les dirigeants. «Pour moi, il faut y aller avec le classement général, soit 1 contre 16, 2 contre 15 et ainsi de suite. Le classement général doit primer. Nous ne sommes pas assez une grosse ligue pour y aller par conférence. Je trouve ça correct qu’on essaie des choses et je suis confortable avec ça. Et en fin de compte, quand tu veux gagner, il faut que tu sois la meilleure équipe, peu importe la formule.»   

  

 Des vétérans prêts à jouer le rôle de mentor 

 

Photo Agence QMI, Joël Lemay

 Qu’importe l’équipe, le calibre ou le circuit, les vétérans occupent toujours une place de choix dans un vestiaire. À 18 et 19 ans respectivement, Pierrick Dubé et Édouard St-Laurent agiront comme grands frères auprès de la bande de nombrils verts de la troupe québécoise, une responsabilité apprise sur le tas au fil des saisons précédentes. 

 Cliquez ici pour lire la suite. 

 Un nouveau défi pour Pagliarulo  

 

Photo Le Journal de Québec, Stevens LeBlanc

 Le gardien Carmine-Anthony Pagliarulo n’est pas du genre à s’asseoir sur ses lauriers. Loin de là. 

 Cliquez ici pour lire la suite. 

 Une brigade défensive inexpérimentée mais talentueuse   

Photo Le Journal de Québec, Stevens LeBlanc

 L’attaque fait vendre des billets, mais la défensive gagne des championnats. Les Remparts pourraient bien donner raison à cet adage vieux comme le monde grâce à leurs défenseurs d’avenir. 

 Cliquez ici pour lire la suite

 Cinq jeunes loups affamés 

Photo Le Journal de Québec, Stevens LeBlanc

 Il n’est jamais facile pour un hockeyeur de 16 ans de briser la glace dans la LHJMQ. Mais quand cinq joueurs d’une même équipe sont voués à débuter l’aventure ensemble, la nervosité laisse rapidement place à l’excitation. 

 Cliquez ici pour lire la suite. p.p1 {margin: 3.9px 0.0px 0.0px 3.9px; font: 14.5px 'Stag Sans JDX'; color: #5e5e5e}span.s1 {letter-spacing: -0.1px}