/entertainment
Navigation

Du camping de toutes les couleurs

Avant de partir, il est important de s’assurer que le camping choisi est bien ouvert, pour ne pas avoir à rebrousser chemin.
Photo courtoisie, Fédération québécoise de camping et de caravaning Avant de partir, il est important de s’assurer que le camping choisi est bien ouvert, pour ne pas avoir à rebrousser chemin.

Coup d'oeil sur cet article

Camper au sein des flamboyants paysages d’automne n’a rien de saugrenu ! Au contraire, l’idée séduit de plus en plus d’adeptes qui prolongent leur saison de camping.

Bien que la plupart des campings ferment à la fête du Travail ou à l’Action de grâce, selon la température de la région où ils se situent, Camping Québec en a répertorié au moins 38 qui demeurent ouverts jusqu’à la fin du mois d’octobre, 19 dont la date de fermeture est en novembre et 73 qui accueillent les campeurs douze mois par année.

Ces derniers offrent des unités de prêt-à-camper, proposent des emplacements pour VR, même l’hiver, accueillent des campeurs courageux qui érigent leur tente sur la neige et/ou des vacanciers en chalet.

Avant de partir, il est important de s’assurer que le camping choisi est bien ouvert, pour ne pas avoir à rebrousser chemin.
Photo courtoisie, Sépaq

S’ils pouvaient compter sur davantage d’employés en cette période de « crise de main-d’œuvre épouvantable », plusieurs autres propriétaires de campings prolongeraient volontiers leur saison plus tard à l’automne, explique Simon Tessier, président-directeur général de Camping Québec, car les campeurs sont toujours actifs ! Que ce soit des campeurs saisonniers qui ne veulent pas manquer une belle journée d’automne ou des voyageurs en quête d’aventure.

De plus en plus populaire !

La Fédération québécoise de camping et de caravaning (FQCC), qui regroupe 32 000 familles de campeurs, indique que 86 % d’entre elles pratiquent leur loisir préféré en juillet et en août, 76 % en septembre et 40 % en octobre.

Du côté de la Sépaq, on observe une progression de la popularité du camping d’automne depuis cinq ans, explique Simon Boivin, responsable des relations avec les médias.

Les sautes d’humeur de dame Nature et le retour au travail influenceraient toutefois la durée plus courte des séjours de camping en cette saison, puisque plus de 50 % d’entre eux comprennent deux nuitées (souvent les fins de semaine) à la Sépaq.

Avant de partir, il est important de s’assurer que le camping choisi est bien ouvert, pour ne pas avoir à rebrousser chemin.
Photo courtoisie, Sépaq

Les campeurs rechercheraient également plus de services au moment de choisir leur site. Au parc de la Rivière Batiscan, par exemple, on dénote qu’en automne, « les nuitées vendues pour des sites avec 2 ou 3 services [eau, électricité et égouts] représentent 54 % des nuitées vendues, alors qu’en été, elles représentent 38 % », souligne la directrice générale, Nicole Robert.

Il s’agit de campeurs en tente-roulotte, roulotte ou véhicule récréatif, mais on pourrait aussi penser aux campeurs en tente qui souhaitent profiter de la chaleur d’une source de chauffage électrique. D’ailleurs, les prêts-à-camper de la Sépaq équipés de chaufferette sont très populaires à cette période de l’année.

Avant de partir, il est important de s’assurer que le camping choisi est bien ouvert, pour ne pas avoir à rebrousser chemin.
Photo courtoisie, Fédération québécoise de camping et de caravaning

Quelques conseils pour en profiter

Avant de partir, il est important de s’assurer que le camping choisi est bien ouvert, pour ne pas avoir à rebrousser chemin. Puisque la disponibilité des sites est plus élevée, Mme Robert constate davantage de réservations de dernière minute, souvent motivées par la belle température.

Il est également possible que les activités de la programmation estivale ne soient plus proposées ou que l’horaire ait changé, notamment en raison de la diminution du nombre de campeurs et d’employés. Pour éviter les déceptions, une vérification s’impose !

Et surtout, prévoir l’équipement approprié fera certainement une différence sur l’appréciation de cette expérience automnale. Par exemple, il serait tout indiqué de se procurer un sac de couchage de type momie adapté à la température de la saison et un matelas de sol isolant, lors d’un séjour en tente.

Des lampes de poche vont faciliter les déplacements lorsque le soleil se couche, c’est-à-dire de plus en plus tôt. Des vêtements chauds et des couvertures pour s’emmitoufler autour du feu de camp sont aussi suggérés. Et tout ce qui pourrait rendre plus confortable le cocooning dans la nature : thermos, chaufferette, mijoteuse, bas de laine, etc.

Où camper cet automne

♦ Plusieurs parcs de la Sépaq accueillent les campeurs d’automne. C’est le cas notamment des campings Alluvions et Bétulaie du parc national de la Jacques-Cartier, et des parcs nationaux Frontenac et du Mont-Orford. Pour en connaître davantage : sepaq.com

♦ Certains parcs régionaux, comme le parc régional du Massif du Sud, le parc de la Rivière Batiscan ou le parc régional des Appalaches offrent la possibilité de camper au cœur des couleurs. Découvrez-les tous au parq.ca.

♦ Certains campings privés ouvrent aussi leurs portes au-delà de l’Action de grâce. Pour les trouver, il suffit de faire une recherche par dates sur le site campingquebec.com.

10 bonnes raisons de camper l’automne

Le retour en classe et au boulot ne devrait pas automatiquement sonner la fin de la saison de camping. Au contraire, la brise saisonnière transporte avec elle une multitude de raisons pour camper l’automne.

1. Prolonger les vacances

S’offrir un séjour en camping alors que la routine de septembre est bien entamée donne l’impression que les vacances se poursuivent et que l’été se prolonge, rendant le retour à l’école et au boulot plus doux et coloré.

Avant de partir, il est important de s’assurer que le camping choisi est bien ouvert, pour ne pas avoir à rebrousser chemin.
Photo Adobe stock

2. Faites votre choix

La diminution de l’achalandage sur les terrains de camping crée un plus grand choix de sites disponibles. Même celui que tout le monde s’arrache, habituellement réservé plusieurs semaines à l’avance, a plus de chance d’être libre en septembre et en octobre. Et pourquoi ne pas en profiter pour faire du repérage en vue des prochaines vacances ?

3. Trouver la paix

Les campeurs préférant le calme à la frénésie estivale trouvent la tranquillité recherchée en automne. Moins de campeurs, de voisins et d’activités favorisent la paix, l’intimité et probablement moins d’attente au moment de prendre sa douche dans les blocs sanitaires.

Avant de partir, il est important de s’assurer que le camping choisi est bien ouvert, pour ne pas avoir à rebrousser chemin.
Photo Adobe stock

4. Prix plus abordables

La plupart des terrains de camping réduisent leur prix en raison de la basse saison. Alors même lorsque le budget destiné aux vacances est presque atteint, il est possible d’en profiter.

5. Pas de mouche, plus d’animaux

Si les mouches peuvent être dérangeantes pendant l’été, sachez que l’automne, elles vous laissent tranquille. Pas besoin de se mettre à l’abri ou de s’asperger de répulsif à insecte. À l’inverse, la faune se déplace davantage et se fait voir plus souvent, il est donc plus facile de l’admirer, comme les oies qui volent vers le sud.

Avant de partir, il est important de s’assurer que le camping choisi est bien ouvert, pour ne pas avoir à rebrousser chemin.
Photo Adobe stock

6. Le plein de couleurs et de fraîcheur

Se réveiller sous des arbres colorés ou devant une montagne vêtue de sa robe d’automne rend votre séjour plus féerique, tout comme les activités pratiquées. Une randonnée en forêt, un parcours à vélo ou une escapade en canot sur la rivière s’apprécient davantage par temps frais, que lors d’une canicule. Les nuits plus frisquettes offrent également un sommeil plus agréable.

Avant de partir, il est important de s’assurer que le camping choisi est bien ouvert, pour ne pas avoir à rebrousser chemin.
Photo Adobe stock

7. L’agrotourisme

L’abondance dans les champs, les vignobles et les vergers donnent envie de faire de l’agrotourisme. Et pourquoi ne pas jumeler cette activité avec quelques nuitées de camping dans la région choisie pour ses plaisirs gourmands ou son festival d’automne ?

8. Repas chaud

On se réconforte ensuite en concoctant des repas mijotés à partir des viandes et légumes que l’on a achetés dans la journée. Bouilli sur le feu de camp, osso buco dans le four du VR, soupe aux légumes sur la cuisinière de la tente-roulotte font partie des délices automnaux.

Avant de partir, il est important de s’assurer que le camping choisi est bien ouvert, pour ne pas avoir à rebrousser chemin.
Photo Adobe stock

9. La noirceur hâtive

Pour bien des gens, les journées qui raccourcissent peuvent représenter un inconvénient, mais pour d’autres, elles signifient se mettre au lit plus tôt pour être en forme dès l’aube et partir à l’aventure. Elles annoncent aussi de belles soirées passées autour du feu de camp, des soupers aux chandelles et le cocooning sous les couvertures.

Avant de partir, il est important de s’assurer que le camping choisi est bien ouvert, pour ne pas avoir à rebrousser chemin.
Photo Adobe stock

10. Prêt-à-camper disponible

Votre matériel de camping est rangé ou n’est pas adapté à la température saisonnière ? Ce ne sont pas de bonnes raisons pour ne pas vivre cette expérience automnale, puisque plusieurs endroits, comme les parcs nationaux ou régionaux, offrent des équipements prêts-à-camper, comme des yourtes ou des tentes prospecteurs.