/news/currentevents
Navigation

Il veut que le décès de son frère sauve des vies

La jeune victime venait tout juste d’obtenir son permis pour conduire des motos

FD-BLESSE-GRAVE-LEAD
Photo Agence QMI, Eric Beaupré La moto Yamaha R1 de Gabriel Gélinas a été retrouvée dans un état lamentable sur la route 122 à Saint-Germain-de-Grantham.

Coup d'oeil sur cet article

Le frère d’un homme de 20 ans décédé dans le Centre-du-Québec, qui venait à peine d’obtenir son permis de moto, souhaite que les usagers de la route soient plus vigilants face aux autres véhicules.

« À sa mort, je me suis dit que si je pouvais avoir un impact dans la vie d’une seule personne, ça ferait mon bonheur. Je veux aider le monde, je veux faire de la prévention. Je veux que personne ne perde son fils comme ma mère a perdu le sien, que personne ne perde son frère comme moi j’ai perdu le mien », explique Sébastien Gélinas.

Le samedi 31 août dernier, son frère Gabriel avait quitté son domicile de Léry, en Montérégie, à moto pour aller aider son oncle qui habite à Saint-Germain-de-Grantham, près de Drummondville, à installer son poêle à granules.

Or, il a perdu la vie sur la route 122 (voir autre texte ci-bas), un peu avant 8 h lorsqu’il a été heurté par une voiture qui tentait un virage vers la gauche.

« Mon frère était amoureux de la vie, un passionné. Il n’y avait jamais rien de grave avec Gabriel. Si j’avais su, je lui aurais dit je t’aime huit fois à l’heure chaque fois que je l’aurais vu », souffle le paysagiste de 22 ans.

Gabriel Gélinas adorait jouer au football. Il a évolué pour la formation du Drakkar de Saint-Hyacinthe.
Photo courtoisie, Drakkar de la polyvalente Hyacinthe-Delorme de Saint-Hyacinthe
Gabriel Gélinas adorait jouer au football. Il a évolué pour la formation du Drakkar de Saint-Hyacinthe.

Pour les autres

Âgé de 20 ans, Gabriel Gélinas venait tout juste d’obtenir son permis de conduire de classe 6A, pour conduire une motocyclette. Il était fier. Sur sa moto sportive Yamaha R1, M. Gélinas se sentait libre.

Les deux frères et trois amis s’étaient promis d’aller un jour, visiter les États-Unis sur leurs engins.

« Gab était présent pour tout le monde. Il croquait dans la vie comme on croque dans une pomme », lance le père de deux enfants. Éloignés en raison de leur travail respectif, les deux frères s’étaient moins vus au cours des derniers mois. Or, dix jours après son décès, Gabriel Gélinas devait amorcer la carrière dont il avait toujours rêvé, soit frigoriste.

« Il me restait une semaine et mon frère aurait habité chez moi pendant deux mois le temps de se trouver une maison à Roxton Falls. Il aurait été à côté », dit-il en penchant la tête.

Sébastien et son frère Gabriel ont toujours eu une très belle complicité.
Photo courtoisie, famille Gélinas
Sébastien et son frère Gabriel ont toujours eu une très belle complicité.

Sensibilisation

Sébastien aimerait que les gens soient plus conscientisés aux dangers de la route, que les motocyclistes redoublent de prudence et que les automobilistes décrochent de leur téléphone cellulaire.

« C’est tellement petit, une moto, ça fait deux pieds de large. Gab connaissait ce chemin par cœur. Il était quand même prudent, il avait une tête sur les épaules. Je veux sensibiliser les personnes qui ont une moto de conduire pour eux, mais aussi de conduire pour les autres », ajoute le frère aîné.

Il espère ainsi que son frère ne sera pas mort en vain.

Une route dangereuse bien connue

À peine quelques heures avant la collision de Gabriel Gélinas sur la route 122, à Saint-Germain-de-Grantham, un motocycliste de 58 ans a perdu la vie.

« Mon frère le sait qu’il est dangereux ce chemin-là. Il y a des bouts où la ligne est pointillée, mais tu ne vois même pas si quelqu’un s’en vient. Gabriel connaissait parfaitement bien ce chemin. Il avait souvent conduit à cet endroit avant », mentionne le frère du défunt Sébastien Gélinas.

La route 122 qui traverse la Montérégie et le Centre-du-Québec est bien connue de la famille Gélinas.

Depuis leur tout jeune âge, les membres de la famille traversent cette route au moins une fois toutes les deux semaines pour aller visiter leur grand-mère.

Route dangereuse

La veille du décès de Gabriel Gélinas, un motocycliste de 58 ans a perdu la vie pratiquement au même endroit.

Une simple recherche Google démontre bien que les collisions mortelles abondent sur cette route.

Il est convaincu que son frère n’a pas été téméraire et il a bien hâte de lire les recommandations du coroner. Il aimerait une signalisation plus présente pour éviter que d’autres collisions ne surviennent.

En attendant, Sébastien Gélinas se recueille tous les jeudis soir devant la pierre tombale de son frère, avant sa partie de balle.

« Après l’avoir vu, je vais jouer et je me dis que je suis chanceux. Que je dois vivre la vie comme elle vient, malgré les tracas quotidiens », ajoute le père de famille.

Un passionné

Le défunt passionné de l’automobile et des motos collectionnait tous les exemplaires du Guide de l’auto depuis l’âge de cinq ans. D’ailleurs, il portait son nom en l’honneur du chroniqueur et auteur bien connu.

« Il n’a jamais pu rencontrer Gabriel Gélinas, il est parti trop vite », conclut l’homme de 22 ans.